Un trafiquant d'armes lié à Coulibaly va être transféré en France

le
0
    MADRID, 18 avril (Reuters) - La justice espagnole a annoncé 
lundi qu'elle ordonnerait le transfert en France d'un Français 
de 27 ans soupçonné d'avoir fourni des armes à Amédy Coulibaly, 
l'auteur de la prise d'otages à l'Hyper Cacher de la porte de 
Vincennes le 9 janvier 2015. 
    Dans son arrêt, le juge espagnol de l'Audience nationale 
Eloy Velasco précise que le suspect sera transféré dans les dix 
jours à Lille. 
    Antoine Denive a été arrêté le 12 avril dernier à Rincón de 
la Victoria, près de Malaga, sur la côte sud de l'Espagne, lors 
d'une opération conjointe menée par les polices espagnole et 
française. Deux autres hommes, un Serbe et un Monténégrin, ont 
également été appréhendés au cours de l'opération policière. 
    Selon des sources judiciaires françaises, Antoine Denive, 
originaire de Sainte-Catherine, dans le Pas-de-Calais, est visé 
par un mandat d'arrêt européen lancé par un juge de Lille, qui 
enquête sur un trafic d'armes. 
    D'après les autorités espagnoles, Denive a fui la France 
quelques semaines après les attentats de janvier 2015 pour 
s'installer à Malaga, où il a continué de pratiquer le trafic 
d'armes en utilisant de faux papiers d'identité. 
    Il a nié avoir vendu des armes à Amédy Coulibaly mais ne 
s'est pas opposé à son transfert vers la France.     
    Selon des sources judiciaires françaises, il n'était pas 
recherché dans le cadre de l'enquête sur l'attaque de la porte 
de Vincennes, où quatre personnes ont été tuées, mais en 
relation avec un réseau de trafic d'armes dans le nord de la 
France qui s'approvisionne dans les Balkans et vend en Belgique, 
où Coulibaly est soupçonné de s'être équipé. 
    Coulibaly a tué quatre personnes de confession juive le 9 
janvier 2015 au supermarché de la porte de Vincennes, à Paris, 
et une policière, la veille, à Montrouge. Il a été abattu lors 
de l'assaut par la police du supermarché.  
    Cette attaque faisait suite à l'opération commando menée par 
deux frères, Chérif et Saïd Kouachi, contre le journal satirique 
Charlie Hebdo le 7 janvier 2015. Cette opération avait entraîné 
la mort de 12 personnes.     
 
 (Tomás Cobos et Paul Day avec Emmanuel Jarry à Paris; 
Henri-Pierre André pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant