Un trafic de bébés roms démantelé entre la Corse et Marseille

le
1
ENQUÊTE SUR UN TRAFIC DE BÉBÉS ROMS ENTRE LA CORSE ET MARSEILLE
ENQUÊTE SUR UN TRAFIC DE BÉBÉS ROMS ENTRE LA CORSE ET MARSEILLE

MARSEILLE (Reuters) - Quatre personnes doivent être déférées au parquet de Marseille pour une probable mise en examen après le démantèlement d'un trafic de bébés roms dans la cité phocéenne et en Corse, a annoncé vendredi le procureur de Marseille, Brice Robin.

Un couple de Français appartenant à la communauté des gens du voyage devait être mis en examen vendredi pour l'achat d'un bébé rom. Il lui est reproché d'avoir versé une somme de 8.000 euros et un véhicule de marque BMW pour acquérir l'enfant, né le 21 juillet dans un hôpital de Marseille.

La mère de l'enfant, âgée de 32 ans, avait regagné la Roumanie, où la voiture a été retrouvée accidentée, au lendemain de son accouchement.

Les organisateurs présumés du trafic, le père et l'oncle de l'enfant, doivent pour leur part être présentés devant un juge marseillais dimanche pour une probable mise en examen au motif de "traite d'être humain avec circonstance aggravante d'un enfant mineur".

Le parquet a demandé le placement sous contrôle judiciaire du couple adoptant, dont la femme tentait sans succès d'avoir un enfant depuis une dizaine d'années, ainsi qu'un placement sous mandat de dépôt pour les "cerveaux présumés" du trafic.

Le couple adoptant encourt une peine de deux années d'emprisonnement et les organisateurs présumés du trafic risquent un maximum de dix années de prison.

Le père et l'oncle de l'enfant, qui vivaient dans un camp de Roms du nord de Marseille, sont également soupçonnés d'avoir joué les intermédiaires lors d'une transaction identique en mai à Ajaccio (Corse) et lors d'une tentative interrompue par leur arrestation.

FEMMES EN DÉTRESSE SOCIALE

"L'un reconnaît avoir cédé son enfant contre rétribution, l'autre ne reconnaît rien", a indiqué le directeur interrégional adjoint de la police judiciaire, Christian Silvy. Les deux hommes de nationalité roumaine ont été interpellés en Corse, d'où ils essayaient de regagner leur pays natal via l'Italie.

"Les suspects semblent avoir démarché des couples en mal d'enfants mais suffisamment fortunés pour les acheter. Ils ont aussi contacté des femmes en détresse sociale qui venaient d'arriver sur le territoire et étaient susceptibles d'accoucher", a dit le procureur de Marseille.

Le parquet de Marseille a ouvert le 1er août une information judiciaire pour "traite d'être humain" en se fondant sur un renseignement anonyme indiquant que des bébés roms seraient vendus à des gens de la communauté des gens du voyage.

Selon le magistrat, le signalement pourrait avoir été fait par un membre du personnel médical de l'hôpital Nord de Marseille, où l'enfant est né le 21 juillet d'une femme roumaine déjà mère de cinq enfants.

"Le personnel hospitalier a été choqué par la détresse de la mère, la présence du couple adoptant durant deux jours à son chevet ou encore le départ de la mère sans son bébé et contre l'avis médical. Cela a pu le pousser à faire ce signalement", a estimé Brice Robin.

Le parquet d'Ajaccio, qui s'intéresse au volet accouchement, a ouvert deux informations en juin -l'une pour des atteintes à l'état-civil, l'autre pour des adoptions irrégulières.

"Deux ou trois femmes roms sont venues accoucher à l'hôpital d'Ajaccio sous une fausse identité entre le mois de mai et le mois de juin", confirme-t-on au parquet ajaccien, où l'on s'interroge pour savoir si ces femmes ont été payées ou forcées.

"Dans l'une de ces naissances illégales, la mère porteuse accouchait avec des faux papiers sous l'identité de la mère qui avait passé commande à Marseille, a signé la décharge et est repartie le lendemain", a précisé un enquêteur corse.

Jean-François Rosnoblet, avec Roger Nicoli à Ajaccio, édité par Yann Le Guernigou

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • d.e.s.t. le vendredi 30 aout 2013 à 13:43

    Un argument de plus pour ceux qui veulent le départ de ces "caillera" et contre ces "belles âmes de gôche" totalement irresponsables et calfeutrées dans leurs appartements de fonction!