Un titre et vingt-quatre champions

le
0

De Christopher Nkunku, apparu uniquement contre Montpellier, à Kevin Trapp, joueur le plus utilisé par Laurent Blanc, en passant par Ezequiel Lavezzi, parti en cours de saison, découvrez tous les champions de France.

Gardiens de but

Kevin Trapp (25 ans, 29 matchs joués)
Arrivé l’été dernier pour donner plus de poids à un secteur où Salvatore Sirigu n’avait pas toujours donné satisfaction, le gardien allemand a commis quelques erreurs, énormes pour certaines, mais a surtout rendu de bonnes copies lors de matchs pendant lesquels il s’est souvent ennuyé.
 
Salvatore Sirigu (29 ans, un match joué)
Barré par Kevin Trapp, l’ancien titulaire indiscutable n’a disputé qu’un seul match de championnat cette saison. Une prestation sans histoire à Bastia, qui avait rappelé le temps de cette partie qu’il avait toujours les qualités pour prétendre à la place de titulaire.

Défenseurs

Thiago Silva (31 ans, 25 matchs joués, 1 but)
Redevenu le monstre, il est de loin le meilleur défenseur central de notre championnat, pour ne pas dire du monde. Toujours bien placé, efficace dans ses interventions, le capitaine brésilien du PSG a soulagé constamment son équipe en défense. Seul bémol : un seul but inscrit malgré son excellent jeu de tête.
 
Marquinhos (21 ans, 20 matchs)
Lassé de devoir toujours jouer les compléments, il ne devrait pas s’éterniser encore très longtemps au PSG. Pourtant, le jeune Brésilien, défenseur polyvalent capable de rendre service dans l’axe comme à droite, a encore été excellent lorsque Laurent Blanc a fait appel à ses services. Marquinhos a encore franchi un cap, notamment en termes de maturité.
 
Maxwell (34 ans, 21 matchs joués, 1 buts, 2 passes décisives)
A la différence de son compatriote Marquinhos, il est un titulaire indiscutable. Mais comment pourrait-il en être autrement ? Référence mondiale de ce poste d’arrière gauche où il faut à la fois être sérieux défensivement et très appliqué offensivement, le grand ami de Zlatan ne fait pas de bruit mais enchaîne les matchs exemplaires. Buteur contre Bastia, il a aussi signé deux passes décisives.

Serge Aurier (23 ans, 19 matchs, 2 buts, 2 passes décisives)
Avant d’être mis hors-jeu par l’affaire du Périscope, l’international ivoirien avait été l’un des meilleurs joueurs parisiens de la saison. Méconnaissable par rapport à sa première saison hésitante, l’ancien Toulousain a fait un malheur à droite, marquant même deux buts très précieux contre Lyon et à Nantes. Pour beaucoup, il est ce qui se fait de mieux actuellement à son poste.
 
David Luiz (28 ans, 19 matchs, 1 passe décisive)
Le paradoxe entre sa folie en dehors des terrains et son tranchant et son intelligence dans le jeu sur les pelouses est étonnant. Pour sa deuxième saison au PSG, l’international brésilien a constitué le parfait complément de Thiago Silva dans l’axe. Comme son partenaire de la défense centrale, il a pris régulièrement le dessus sur les attaquants adverses.
 
Layvin Kurzawa (23 ans, 15 matchs, 4 buts, 2 passes)
Souhaité par les dirigeants parisiens pour pallier le départ de Lucas Digne à la Roma, l’ancien Monégasque a fait oublier son compatriote, jeune international français comme lui. Même s’il a eu besoin de quelques semaines pour prendre le pouls de sa nouvelle équipe, il a terminé très fort. Buteur dès sa première apparition, il a continué de montrer qu’il était aussi un redoutable attaquant.
 
Gregory van der Wiel (28 ans, 14 matchs, 2 buts, 3 passes)
Son manque de vigilance défensive - son pêché mignon - ne peut lui permettre de prétendre à mieux qu’un rôle de doublure. Mais dans le domaine offensif propre aux latéraux modernes, le Néerlandais fait toujours autant de dégâts. Quand il a fait tourner, Laurent Blanc a donc souvent pensé à lui, notamment après la mise à pied d’Aurier.
 
Presnel Kimpembe (20 ans, 4 matchs)
A 20 ans, il est l’avenir tout trouvé du PSG en défense. Numéro quatre dans l’axe derrière Thiago Silva, David Luiz et Marquinhos, le jeune international français a surtout assisté de loin aux prestations de grande classe de ses coéquipiers. Mais les rares fois où Laurent Blanc lui a laissé sa chance, Kimpembe n’a pas déçu. La relève, c’est lui.

Milieux de terrain

Blaise Matuidi (28 ans, 26 matchs, 3 buts, 5 passes)
Même s’il n’a pas réalisé sa meilleure saison avec le PSG, il a encore été l’un des hommes forts de ce nouveau titre de champion de France. Le métronome des Bleus a démarré la saison en trombe, avec deux buts en deux journées. Il a ensuite retrouvé ses qualités naturelles de relayeur-récupérateur hors-pair et infatigable. Il s’est même découvert un pied droit mais ça, c’est pour l’anecdote.
 
Thiago Motta (33 ans, 26 matchs, 1 but, 1 passe)
Moteur du milieu à trois parisien, il a été lui aussi l’un des artisans majeurs de ce sacre. Etincelant aux côtés de Verratti, il a toutefois montré de sérieux signes de faiblesse quand il s’est retrouvé sans son jeune compatriote sur le terrain. Il a d’ailleurs été moins influent que lors des saisons précédentes, avec seulement un but et une passe à son compteur.
 
Angel Di Maria (28 ans, 23 matchs, 9 buts, 11 passes)
A Manchester, il n’avait été que l’ombre de lui-même. A Paris, il est redevenu le Di Maria génialissime qui avait fait fondre les supporters du Real et fait vibrer ceux de l’Argentine. Aussi fort dans la création qu’à la finition, le deuxième joueur le plus cher du championnat de France a fait un bien fou devant. De quoi lui pardonner aisément ses petites absences certains soirs de match.
 
Adrien Rabiot (20 ans, 20 matchs joués, 1 but)
Après un début de saison marqué essentiellement par ses états d’âme, il a profité de la blessure de Marco Verratti et du turnover pour rappeler qu’il n’était pas uniquement un enfant gâté mais aussi un redoutable milieu de terrain pour son jeune âge. Dommage qu’il ne soit pas plus efficace (aucune passe, un seul but face à Troyes) et commette encore trop d’erreurs de déconcentration.
 
Benjamin Stambouli (25 ans, 20 matchs)
Débarqué à Paris avec la carte d’identité d’un milieu de terrain très prometteur n’ayant pas réussi à s’imposer à Tottenham mais ayant séduit tout Montpellier, Stambouli n’a pas marqué les supporters parisiens, loin de là. Fébrile, il n’a été que l’ombre du brillant relayeur qui avait tapé dans l’oeil des Spurs l’année dernière. Il faut dire qu’il a rarement occupé le poste de sentinelle.

Marco Verratti (23 ans, 17 matchs joués, 2 passes)
Si cela continue, on dira bientôt de Pirlo qu’il est l’ancien Verratti. Comme son illustre prédécesseur en équipe d’Italie, le petit milieu de terrain parisien est devenu un créateur d’une autre dimension. Recordman en termes de ballons touchés, passeur de génie, « Petit Hibou » éclaire le jeu de son équipe. S’il prend toujours autant de risques pour ressortir les ballons, il s’est en plus acheté une conduite et prend de plus en plus l’habitude de frapper au but. Lorsqu’il s’est blessé, son absence s’est vraiment fait sentir dans le jeu parisien.
 
Javier Pastore (26 ans, 14 matchs, 2 buts, 4 passes)
Saison noire pour l’ancien joueur de Palerme. Après avoir enchaîné les bons matchs en début de saison, l’Argentin a passé son temps à l’infirmerie. Resté trois mois sans jouer en fin d’année, il a retrouvé les terrains brièvement avant de disparaître de nouveau des radars. Avec un deux et quatre passes sur ses statistiques finales, il a néanmoins fait mieux que beaucoup de ses coéquipiers.
 
Christopher Nkunku (18 ans, 1 match joué)
Petite pépite en devenir de la formation parisienne, Christopher Nkunku étale toute sa palette technique à chaque sortie des jeunes du PSG en Youth League. Il n’avait en revanche jamais eu sa chance chez les grands jusqu’à ce qu’il débute contre Montpellier le 5 mars dernier. Ses coéquipiers ne lui ont pas facilité la tâche en l’oubliant constamment mais les quelques ballons qu’il a touchés sont très prometteurs.

Attaquants

Lucas (23 ans, 28 matchs, 6 buts, 5 passes)
Très critiqué depuis son arrivée au PSG pour sa tendance à garder trop le ballon et à ne pas lever la tête, Lucas est devenu un autre joueur cette saison. Toujours aussi rapide et facile techniquement, il a en plus appris à jouer pour le bien du collectif et plus uniquement pour son plaisir personnel. Résultat : le Brésilien a souvent été l’un des joueurs les plus en vue offensivement, où il a été impliqué sur de nombreux buts. Ses prestations lui ont permis de doubler Cavani dans l’esprit de Laurent Blanc.
 
Edinson Cavani (29 ans, 26 matchs, 14 buts, 2 passes)
Lors de ses deux premières saisons parisiennes, Cavani avait fait oublier des occasions vendangées à la pelle en terminant avec beaucoup de buts à son compteur. Cette saison, l’Uruguayen a semblé souffrir de tout : son positionnement, la concurrence mais aussi les critiques qui se sont abattues sur lui en raison de son gâchis récurrent devant le but. Même Laurent Blanc, premier défenseur du joueur, a fini par en faire un remplaçant. Cette fois, les buts marqués par l’ancien joueur de Naples ne lui ont pas tout épargné.

Zlatan Ibrahimovic (34 ans, 24 matchs, 27 buts, 11 passes)
Monsieur Zlatan Ibrahimovic. Devenu le meilleur buteur de l’histoire du PSG devant Pauleta, le Suédois a attendu que ses détracteurs disent de lui qu’il n’avait plus le niveau pour réussir l’une de ses plus belles saisons sous les couleurs parisiennes. Plus que jamais indispensable (onze passes décisives), l’ancien avant-centre du Milan AC a signé sept doublés pour un total de 23 buts avant même la 30eme journée. Sur les bases de son meilleur total (30 buts lors de sa première saison), il ne pouvait mieux faire comprendre à ses dirigeants qu’il souhaite prolonger l’aventure dans la Capitale.

Ezequiel Lavezzi (30 ans, 16 matchs, 2 buts, transféré cet hiver)
Ses partenaires assurent qu’il est venu tous les jours avec le sourire à l’entraînement. Pourtant, les six mois passés par Lavezzi à Paris cette saison n’ont pas été une partie de plaisir. Barré par l’arrivée de Di Maria, « Pocho » n’a eu droit qu’à des bouts de match par-ci par-là. Un temps de jeu de plus en plus réduit qui n’a pas empêché l’Argentin, déjà annoncé sur le départ l’été dernier, de prendre son pied sur quelques matchs. On pense notamment à ses deux buts, à Monaco et contre Rennes. Pour le reste, cela a presque été le néant. Parti cet hiver au Hebei China Fortune, Lavezzi revit en Chine.

Jean-Kevin Augustin (18 ans, 9 matchs, 1 but)
Impressionnant pendant l’avant-saison (cinq buts en trois matchs), il a gagné le droit de faire ses débuts dans le grand bain de la L1. Laurent Blanc ne l’a titularisé que trois fois – pour neuf apparitions au total – mais cela lui a suffi pour faire ses preuves et montrer à son entraîneur qu’il avait eu raison de lui faire confiance. Bon dans la profondeur, vif et précis dans le dernier geste, il a marqué le quatrième but du PSG contre Troyes.
 
Hervin Ongenda (20 ans, 2 matchs, 1 but)
Prêté la saison dernière au SC Bastia (16 matchs, aucun but), Hervin Ongenda aurait mieux fait de partir s’aguerrir une fois de plus dans un autre club cette saison. Resté au PSG, son club formateur, le jeune attaquant franco-congolais, qui avait marqué tous les esprits pendant la préparation il y a deux ans, n’a joué que deux matchs. Certes, les deux comme titulaire et avec un but à la clé. Mais il doit rester cruellement sur sa faim.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant