Un tiers des athlètes dopés aux Mondiaux de 2011 ?

le
0
Un tiers des athlètes dopés aux Mondiaux de 2011 ?
Un tiers des athlètes dopés aux Mondiaux de 2011 ?

Une étude, faite lors des Mondiaux de Daegu (Corée du Sud) en 2011, montrait qu'un tiers des athlètes avaient eu recours à des produits illicites. La Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) aurait empêché la publication de celle-ci.

C’est une nouvelle affaire qui touche l’athlétisme. Selon le Sunday Times, la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) aurait empêché la publication d’une étude, qui montrait qu’entre 29% et 34% des 1 800 athlètes présents aux Mondiaux de Daegu en 2011, auraient violé la réglementation antidopage au cours des 12 mois précédents.

L’auteur principal des travaux, Rolf Ulrich, s’est insurgé dans le quotidien du manque de transparence : « L’IAAF bloque (l’étude). Je pense qu’ils sont parties prenantes avec l’AMA (l’Agence mondiale antidopage) et qu’ils bloquent tout ».  

L’AMA et l’IAAF main dans la main ?

Le Sunday Times explique que l’étude avait été financée par l’Agence mondiale antidopage (AMA), qui avait donné la possibilité à l’IAAF de s’opposer à la publication en échange de l’accès aux athlètes. Depuis, certains chiffres ont fuité aux Etats-Unis en 2013 mais l’IAAF n’a pas levé son interdiction sur la diffusion de l’étude.

À quelques jours des Mondiaux de Pékin (du 22 au 30 août), c’est une affaire de plus qui vient ternir l’image de l’athlétisme, après les informations par le même Sunday Times et la chaîne allemande ARD, selon lesquelles 800 athlètes testés entre 2001 et 2012 présenteraient des valeurs sanguines « suspectes ou hautement suspectes » sur les 5 000 testés. 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant