Un tandem sélectionné pour la reprise de La Tribune

le
1
UN TANDEM SÉLECTIONNÉ POUR LA REPRISE DE LA TRIBUNE
UN TANDEM SÉLECTIONNÉ POUR LA REPRISE DE LA TRIBUNE

par Gwénaëlle Barzic

PARIS (Reuters) - Le tribunal de Commerce de Paris a retenu lundi l'offre présentée par la société Hi-Media et le groupe de presse régional France Economie Régions pour la reprise de La Tribune.

Placé en redressement judiciaire en décembre, le deuxième quotidien économique français a publié ce lundi son dernier numéro en édition papier dont la "une" sur fond noir est barrée du titre "La Tribune vous salue bien !".

Sur un total de 165 salariés, une cinquantaine conserveront leur emploi dans le cadre de l'offre de reprise du tandem Hi-Media et France Economie Régions qui a été préférée par le tribunal de commerce à celle présentée par la Financière patrimoniale d'investissement.

Sur ce total, 31 des 78 journalistes de la rédaction seront repris.

"Nous sommes aujourd'hui concentrés sur le futur et la réussite de notre stratégie à venir mais nous ne pouvons pas occulter le désarroi des salariés non repris", déclare dans un communiqué Jean-Christophe Tortora, président du groupe Hima, qui est à la tête du consortium avec Cyril Zimmermann, le PDG de Hi-Media.

"Nous leur rendons hommage pour tout le travail accompli ces derniers mois dans des conditions difficiles", ajoute celui qui prendra la fonction de président du groupe La Tribune à compter de ce mercredi.

Le tandem prévoit le maintien d'une édition papier mais sous la forme d'un hebdomadaire qui paraîtra tous les vendredi.

"Sous un format tabloïd, ce grand rendez-vous hebdomadaire proposera une information de qualité, des analyses, des décryptages, des éclairages et des prospectives sur les enjeux macro-économiques, des marchés financiers ainsi que des focus entreprises et régions", indiquent les deux partenaires dans un communiqué.

NOUVEAU DÉPART

Le premier numéro de l'hebdomadaire sortira dans les kiosques le 6 avril avec pour objectif un tirage de 100.000 exemplaires.

Cette édition papier sera adossée à un site internet animé par une rédaction permanente avec un flux d'informations actualisé tous les jours de 06h00 à 23h00.

"C'est un nouveau départ pour La Tribune", souligne Cyril Zimmermann, dont le groupe, qui est spécialisé dans l'édition, la publicité ainsi que le paiement sur internet, participera à la refonte du titre.

Son partenaire, France Economie Régions, qui est chapeauté par le groupe Hima, regroupe cinq titres de presse régionale (Objectif Aquitaine, Objectif News Midi-Pyrénées, Objectif Languedoc-Roussillon, MéridienMag, Acteurs de l'Économie en Rhône-Alpes) dont la diffusion représente au total 69.000 exemplaires.

Dans le cadre de la reprise du journal, Hima a pris 66% du capital, Hi-Media 27,8% et JCG Medias, l'éditeur d'Objectif Languedoc-Roussillon et MéridienMag, 6,2%.

Il est cependant prévu que 10% des parts soient par la suite distribués aux salariés.

Le changement de main de La Tribune, passé entre plusieurs propriétaires depuis sa création en 1985, entérine la fin du quotidien dans sa version papier, le deuxième titre national à disparaître des kiosques après France Soir en décembre.

Dans un cahier spécial publié dans la dernière édition, les salariés du titre ont retracé l'histoire de leur journal à travers des anecdotes, d'anciennes unes et des témoignages de grands patrons.

"La fin de la Tribune, c'est un éclairage en moins sur des temps qui en appellent davantage, en particulier en France, peu réputée pour sa culture économique", souligne notamment le président du groupe Canal+, Bertrand Méheut.

Gwénaëlle Barzic, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 le lundi 30 jan 2012 à 11:28

    JPi - Quels journalistes vont-ils garder ? Ceux qui ont prévu la crise ? Ceux qui ont proposé des solutions à la crise, comme diminuer les dépenses de l'état plutot qu'augmenter les impots ? Ceux qui nous ont parlé du gouffre financier des guerres que la France mène de par le monde? Ceux qui nous expliquent que croissance ne rime pas avec prélèvements supplémentaires ? Les quels ?