Un système informatique autodidacte bat l'Homme à Space Invaders

le
0
Un système informatique autodidacte bat l'Homme à Space Invaders
Un système informatique autodidacte bat l'Homme à Space Invaders

Un système informatique capable d'apprendre tout seul est parvenu à battre l'Homme à plate couture à certains jeux vidéos, comme l'iconique Space Invaders, une étape importante dans le développement rapide de l'intelligence artificielle (IA).Cette performance, réalisée par DeepMind (Google), ouvre la voie à des développements futurs dans la vie courante mais aussi dans des secteurs (climat, santé) impliquant la gestion de masses de données, assure la société, qui a publié ses travaux mercredi dans la revue Nature."C'est la première fois qu'on conçoit un système d'apprentissage général unique qui soit capable d'apprendre directement à partir de l'expérience pour maîtriser ensuite une vaste gamme de tâches difficiles", a déclaré Demis Hassabis, co-fondateur de DeepMind, lors d'une conférence de presse à Londres, retransmise sur le site de Nature.Le nouveau système de la société britannique, rachetée en 2014 par le géant américain de l'internet, est basé sur un algorithme et conjugue plusieurs techniques d'apprentissage informatique avec des mécanismes inspirés du fonctionnement des réseaux neuronaux.A partir d'informations minimales, cet "agent d'intelligence artificielle", baptisé DQN (deep-Q-network), est parvenu à apprendre tout seul plusieurs jeux vidéo, à travers l'expérience et la mémorisation, au point d'égaler, voire de surpasser, les hommes dans une bonne partie des cas.Il se révèle meilleur qu'un joueur expérimenté à 29 jeux classiques développés par le Japonais Atari, notamment Space Invaders et Breakout. Mais il fait moins bien pour le moment pour les 20 autres. Le jeu Asterix lui résiste encore mais pour combien de temps?En 1997, le supercalculateur Deep Blue avait déjà vaincu aux échecs le Russe Garry Kasparov, alors champion du monde. En 2011, le programme informatique Watson avait gagné un jeu télévisé américain."La différence avec Deep Blue et Watson, c'est qu'ils ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant