Un système de "paiement mobile" inventé au Kenya à la conquête de l'Europe

le
0
Un système de "paiement mobile" inventé au Kenya à la conquête de l'Europe
Un système de "paiement mobile" inventé au Kenya à la conquête de l'Europe

Longtemps, l'Afrique a dépendu de technologies développées à l'étranger. Mais un système kényan de transfert d'argent par téléphonie mobile, qui a révolutionné la vie quotidienne de millions d'habitants de ce pays d'Afrique de l'Est, part à la conquête de l'Europe.Le système M-Pesa ("M" pour mobile, "Pesa" signifiant "argent" en langue swahili), qui permet, via un simple téléphone mobile, d'envoyer et de recevoir de l'argent, et de payer biens et services, s'implante désormais en Roumanie."De l'Afrique de l'Est à l'Europe de l'Est, c'est quand même phénoménal quand on y pense", explique à Nairobi Michael Joseph, qui dirige le secteur "argent mobile" de Vodafone.Le géant britannique de la téléphonie est l'actionnaire principal (40% des parts) de Safaricom, premier opérateur mobile kényan, et a participé à la conception et au lancement en 2007 de M-Pesa au Kenya."Je pense que c'est quelque chose que le reste du monde peut regarder en se disant qu'il y a des idées qui peuvent émaner du monde en développement et être amenées vers le monde développé", a-t-il ajouté.Depuis son lancement, le service a connu une croissance exponentielle et a vu transiter 30 milliards d'euros, rien qu'au Kenya, où il est désormais partie intégrante de la vie quotidienne de nombreuses personnes.M-Pesa compte quelque 18 millions de clients - sur une population d'environ 25 millions d'habitants de plus de 15 ans - et huit millions de transactions y sont effectuées chaque jour, qui contournent le système bancaire dans un pays où une partie non négligeable de la population ne dispose pas de compte en banque. - Facture d'eau et taxi - L'application, utilisable sur les modèles de téléphones portables les plus simples, permet de régler ses factures d'eau ou d'électricité, de payer une addition dans un restaurant, une consommation dans un bar ou une course en taxi, mais aussi d'envoyer de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant