Un suspect de l'attentat de Bangkok serait en Turquie

le , mis à jour à 16:17
0

(Précisions, suspect en Turquie) BANGKOK/KUALA LUMPUR, 14 septembre (Reuters) - Un important suspect dans l'enquête sur l'attentat à la bombe qui a fait 20 morts le 17 août dans un temple hindou de Bangkok s'est enfui en Turquie, a annoncé lundi la police thaïlandaise. En Malaisie, trois hommes, deux Malaisiens et un Pakistanais, ont été arrêtés dans le cadre de cette enquête. Selon les autorités thaïlandaises, un homme qui aurait joué un rôle central dans la préparation de l'attentat a quitté le pays pour le Bangladesh la veille de l'explosion, en utilisant un passeport chinois. Deux semaines plus tard, il est passé par New Delhi et Abou Dhabi avant de gagner Istanbul. Un mandat d'arrêt a été émis contre un certain Abou Doustar Abdoulrahman, alias Izan, et diffusé par Interpol. "Nous avons des preuves, grâce à l'ambassade du Bangladesh, qu'Izan s'est rendu à Abou Dhabi puis en Turquie", a déclaré le porte-parole de la police thaïlandaise, Prawut Thawornsiri, précisant que l'ambassade de Turquie avait été informée de ces découvertes. A Kuala Lumpur, la police malaisienne a annoncé l'arrestation de trois hommes dans le cadre de cette même affaire. "Nous pensons que les suspects peuvent contribuer à l'enquête (...) Nos arrestations ont été effectuées pour aider la police thaïlandaise dans l'enquête sur l'attentat. Les polices malaisienne et thaïlandaise travaillent en étroite coopération", a dit le chef de la police de Kuala Lumpur, Khalid Abu Bakar. L'enquête a pu progresser quand un suspect arrêté par la police thaïlandaise, Yusufu Mieraili, a mis en cause un certain Izan et a reconnu avoir remis un sac à dos à un homme portant une chemise jaune, le poseur de bombe présumé. Des visas thaïlandais ont été accordés séparément à Kuala Lumpur à deux hommes disant s'appeler Abou Doustar Abdoulrahman et Yusufu Mieraili. Tous deux avaient des passeports chinois, ce qui a laissé supposer que l'attentat était peut-être dû à des partisans de la cause des Ouïghours, des musulmans qui vivent notamment dans le nord-ouest de la Chine. (Aukkarapon Niyomyat et Emily Chow, Jean-Philippe Lefief et Guy Kerivel pour le service français, édité par Tangi Salaün)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant