Un sursis de courte durée pour FagorBrandt

le
0
En redressement judiciaire, le groupe d'électroménager a obtenu in extremis des prêts bancaires et de l'État.

C'est un sursis de courte durée pour FagorBrandt. Le groupe d'électroménager (Vedette, Brandt, Sauter et De Dietrich), placé en redressement judiciaire le 6 novembre, a obtenu lundi soir des prêts des banques et de l'État en vue d'un redémarrage partiel. Les banques créancières ont fait un «effort» de 14 millions d'euros, tandis que l'État a décidé de mobiliser 10 millions d'euros, avec un remboursement en plusieurs échéances d'ici à mars 2014. Un accord obtenu par l'entremise du ministère du Redressement productif. «C'est une bouffée d'oxygène, estime Christian Kremer, délégué syndical CFE-CGC. Elle va nous permettre de survivre. Il faut redémarrer la production de tous les sites.»

Les quatre usines du groupe (Orléans, Vendôme, La Roche-sur-Yon et Aizenay), dont la dette est estimée à 250 millions d'euros, sont à l'arrêt depuis un mois faute de ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant