Un superlogiciel pour les commissariats

le
0
Depuis le 5 mars, il facilite les rapprochements entre enquêtes en cours.

La police vit une discrète révolution. Depuis le 5 mars, le ministère de l'Intérieur a lancé la phase de généralisation d'un nouveau système informatique dans les commissariats. Ce Logiciel de rédaction des procédures de la police nationale (LRPPN)-tel est son nom administratif, va devenir le principal outil de travail de plus de 100 000 policiers, celui que l'agent utilisera pour enregistrer les déclarations des victimes, des témoins, des suspects, en plus des informations glanées par les patrouilles.

Baptisé Ardoise à l'origine, ce superlogiciel a changé de dénomination après la polémique sur Edvige, même s'il n'a rien à voir avec ce fichier des services de renseignement. Dans l'esprit des stratèges de la Place Beauvau, mieux valait ­visiblement ne pas lui donner un nom trop facile à retenir… Selon le décret du 27 janvier 2011 portant création de ce «traitement automatisé», il s'agit cette fois d'«assurer la clarté et l'homogénéité de

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant