Un superhéros pour l'Euro

le
0
Un superhéros pour l'Euro
Un superhéros pour l'Euro

C'est ce soir à Marseille que les organisateurs de l'Euro 2016 exhiberont pour la première fois leur nouvelle mascotte. Après un tour d'honneur devant le public du Stade-Vélodrome, la curiosité du jour donnera le coup d'envoi de France - Suède. Un peu plus tôt dans l'après-midi, elle aura déjà fait une apparition sur les réseaux sociaux. Conçue par une agence de designers lyonnais, cette mascotte prendra les traits d'un superhéros. Son nom ne sera connu qu'à l'issue d'un vote organisé jusqu'au 30 novembre sur le site officiel de la compétition. « C'est un superhéros aux couleurs bleu-blanc-rouge avec un visage d'enfant et des attributs de footballeur, nous révèle son créateur Erik Berchet-Moguet, fondateur associé de l'agence Zebrand. Il porte une cape, un short, des collants, des gants et des crampons magiques qui lui permettent de s'envoler. L'idée directrice, c'est qu'il peut aller à la rencontre des autres et rassembler les peuples. » En compétition avec une agence anglaise et portugaise, Zebrand a remporté l'appel d'offres organisé en avril dernier par le groupe IMG, en charge des produits dérivés pour le compte de l'UEFA.

Le coq jugé trop ringard

Sur la feuille de route glissée aux créatifs, trois consignes plus ou moins claires  : respecter les valeurs de l'UEFA, s'inspirer de la culture française tout en évitant absolument le coq, jugé trop ringard. Il faut croire que les deux gallinacés historiques, Footix (voir ci-dessous), mascotte du Mondial 1998, et Péno, son aîné de l'Euro 1984, ne sont plus dans l'air du temps. « Notre superhéros correspond à l'univers visuel des films d'animation issus des studios Pixar prisés par les 5-12 ans et il parle également aux plus grands », appuie Erik Berchet-Moguet. Le public cible, celui des jeunes enfants, n'a pas été choisi au hasard. il s'agit en effet de la porte d'entrée idéale pour les fabricants de produits dérivés. Dans ce contexte, la mascotte sert ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant