Un succès personnel pour Fabrice Brégier

le
0
Le PDG d'Airbus démontre par A + B aux Japonais que l'A 350 est la meilleure réponse au besoin de JAL.

Il est des victoires qu'il faut gagner soi-même. La campagne du Japon valait tous les efforts: la victoire sur Boeing dans une chasse gardée américaine depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Comment séduire JAL, l'emblématique compagnie aérienne japonaise? Comment gagner alors qu'un pacte économique et industriel lie Boeing au Japon depuis un demi-siècle? Quels arguments employer face à un rival sûr de lui, qui a confié un tiers de la fabrication de son 787 Dreamliner aux industriels japonais?

Mission impossible? Pas pour Fabrice Brégier, qui a fait du Japon sa priorité dès sa nomination à la tête d'Airbus en juin 2012. Ce contrat historique pour 56 Airbus A 350, «c'est une victoire personnelle pour Fabrice Brégier», assure-t-on chez l'avionneur.

«Nous avons des équipes de vente fantastiques, mais lorsqu'il faut associer la dimension commerc...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant