Un spécialiste des tunnels analyse l'accident de car suisse

le
0
INTERVIEW - L'accident d'autocar en Suisse va être également étudié par des spécialistes français. Pour Michel Deffayet, directeur du Centre d'études des tunnels en France, des bandes lumineuses pourraient être posées sur les murs des garages de sécurité.

Les autorités routières suisses s'interrogent sur les normes actuelles de construction des niches de sécurité dans les tunnels qui forment un angle droit. En France, comment sont-elles construites?

En France, nous parlons de garages de sécurité. Sur les 950 tunnels de notre pays, 15 seulement en sont dotés. Selon notre réglementation, ils sont mis en place dans les tunnels de plus d'un kilomètre et quand un véhicule à l'arrêt entrave le passage des autres usagers. Ces garages mis en place tous les 800 mètres sont de 40 mètres de long et sont dotés de bordures de trottoirs. Les murs sont perpendiculaires à l'axe de la chaussée. Les garages sont un outil de sécurité.

Mais le problème semble donc l'angle droit du mur percuté par l'autocar en Suisse. Faut il donc reconsidérer la conception de ces ouvrages?

Rappelons qu'un tunnel est un ouvrage complexe et coûteux. Faire de tels garages, c'est creuser une voûte sur le côté. Si on veut créer des angles vraiment a

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant