Un sous-sol boueux vendu 200.000 euros, dernière extravagance londonienne

le
0

Un jardin pour 1,6 million d’euros, un studio pour 1,3 million ou quelques pavés pour 175.000 euros... En immobilier, Londres est la ville de la démesure. Voici quelques exemples qui le prouvent.

Un ovni immobilier. Ou, pour être plus poli, un bien particulièrement atypique, vendu pour 150.000 livres (environ 211.000 euros) dans le quartier chic de Bloomsbury, dans le centre de Londres. Sa particularité? C’est un sous-sol boueux et rocheux, qui se trouve sous un immeuble résidentiel, comme l’explique le Daily Mail. Il n’a même pas de permis de construire... mais il était pourtant proposé à 120.000 livres lors d’une vente aux enchères. Son heureux acquéreur a donc surenchéri de 30.000 livres, pour devenir propriétaire de ce sous-sol vétuste d’à peine 200 mètres carrés.

«C’est la première fois que je vends un bien immobilier de cet acabit, a expliqué au Daily Mail Chris Coleman-Smith, chef de ventes aux enchères à Savills.» La valeur moyenne d’une propriété résidentielle dans le quartier de Bloomsbury a atteint 768.669 livres sterling. Soit une hausse de 15,8% au cours de la dernière année. Cette vente insolite n’est pas la première du genre. Bien au contraire. Voici quatre exemples qui reflètent bien l’extravagance du marché immobilier londonien: il n’y a plus de place, donc on creuse sous les maisons pour construire notamment des «maisons-icebergs»... ou on construit des tours à perte de vue!

• 52 mètres carrés de pavés pour 175.000 euros. Quasiment aussi fort que l’exemple précédent, et également proposé lors d’une vente aux enchères. Affichée à un prix de réserve de 5600 euros, cette petite portion de chaussée londonienne située à deux pas de Camden Passage, s’est vendue 30 fois plus cher. L’heureux acheteur du lot 153 de cette vente aux enchères a donc payé son mètre carré de pavé près de 3400 euros!

• Un jardin nu pour 1,6 million d’euros. Valorisé à peine 100.000 livres sterling par son propriétaire, la vente aux enchères de ce jardin d’environ•0 mètres carrés a déchaîné les passions. Il a finalement été vendu pour la modique somme de... 1,2 million de livres sterling, soit plus de 1,6 million d’euros. Pourquoi ce prix astronomique? Pour sa localisation de choix, à côté de la colline de Primrose Hill, un spot londonien très recherché par les investisseurs, qui étaient une trentaine à se disputer le lot!

• Un studio de 30 mètres carrés pour 1,3 million d’euros. . La raison de ce montant faramineux est également sa localisation de choix, dans le quartier chic de Mayfair, sur Upper Brook Street. En comparaison, un studio aux prestations similaires situé rue de Vaugirard à Paris, en face du jardin du Luxembourg est mis en vente aux environs de 630.000 euros. Qui a dit que l’immobilier était cher à Paris?

• Un loyer mensuel de 28.000 euros. Pour finir, une résidence étudiante un peu particulière située à Mayfair. Un ancien immeuble de bureaux réhabilités en résidence étudiante de luxe affiche des prix records, entre 9000 livres sterling et 21.000 livres sterling de loyer mensuel... Ce qui équivaut, en euros, à un loyer situé entre 12.300 et 28.000 euros mensuels. Et naturellement, pour ce prix là, les toilettes du logement étudiant ne sont pas sur le palier. Un jeune Californien de 19 ans y a déjà posé ses valises.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant