Un sous-marin nucléaire russe repéré au large des côtes françaises

le
1
Nous sommes entrés dans une période de nouvelle guerre froide, avait expliqué Dmitri Medvedev le 13 février dernier. 
Nous sommes entrés dans une période de nouvelle guerre froide, avait expliqué Dmitri Medvedev le 13 février dernier. 

Repéré au mois de janvier, un sous-marin russe doté de missiles nucléaires s'est aventuré dans le golfe de Gascogne. Interrogé par L'Obs

, le cabinet du ministre de la Défense ne dément pas l'information. Le navire serait venu de la base de SNLE (sous-marins nucléaires lanceurs d'engins) de Mourmansk. S'il n'a pas franchi la limite des eaux internationales, une telle présence n'avait en revanche pas été signalée depuis la fin de la guerre froide en 1991.

Il y a quelques semaines de cela, deux Tupolev 160 avaient déjà été interceptés au large du Touquet. Repérés par des radars norvégiens le mercredi 17 février, ces avions supersoniques russes, surnommés « cygnes blancs » pour leur ligne élancée, sont des bombardiers redoutés par les armées de l'air du monde entier. Les avions, pouvant chacun emporter 12 à 25 missiles à charges nucléaires, volaient alors à moins d'une centaine de kilomètres de la commune du Pas-de-Calais.

Selon l'hebdomadaire, ces intrusions permettent de « tester la défense des pays occidentaux et de réaffirmer la puissance militaire de Moscou dans le monde ». En réponse à ce vol, la Royal Air Force britannique avait fait décoller deux avions de chasse et l'armée de l'air française avait envoyé un Rafale et un Mirage 2000-5. Aurions-nous donc, comme l'a souligné le Premier ministre russe Dmitri Medvedev le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le jeudi 10 mar 2016 à 17:05

    S'il veut envoyer un missile sur l'elysée...je n'y vois pas d'inconvénients on gagnera 14 mois.