Un sommet pour tenter de relancer une relation franco-britannique en panne

le
0

DÉCRYPTAGE - Nombres de projets du traité de Lancaster sont confrontés à la résistance des intérêts industriels nationaux et freinés par la poussée, outre-Manche, du sentiment antieuropéen.

Ce nouveau sommet franco-britannique réussira-t-il à dissiper les malentendus qui depuis quelques mois secouent la relation bilatérale? En novembre 2010, Nicolas Sarkozy et David Cameron avaient lancé un partenariat stratégique d'une ampleur inédite entre les deux pays en signant le traité de Lancaster House. Ce rapprochement était motivé par le pragmatisme: face à la crise économique et à la diminution des budgets de défense, la France et la Grande-Bretagne n'ont d'autres choix, si elles veulent demeurer des puissances globales, que de mutualiser une partie de leur outil de défense. Les deux pays ont beaucoup en commun: leur culture militaire, leur passé colonial, leur siège de membre permanent au Conseil de sécurité de l'ONU, qui leur confère des responsabilités partic...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant