Un sommet de la zone euro se tiendra mardi pour analyser le "non" grec

le , mis à jour le
7
François Hollande et Angela Merkel, photo d'illustration.
François Hollande et Angela Merkel, photo d'illustration.

Que faire maintenant ? Paris et Berlin planchent déjà pour tenter de trouver une stratégie commune face aux non des Grecs. François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel auront ce lundi soir à l'Élysée "un entretien suivi d'un dîner de travail pour évaluer les conséquences du référendum en Grèce", a annoncé la présidence française. Les chefs d'Etat souhaitent aussi reprendre la main sur un dossier jusqu'alors géré par les ministres des finances. L'Elysée a évoqué des discussions avec Alexis Tsipras.

Le "non" grec l'emporte à plus de 60%

Le Premier ministre grec a dit vouloir reprendre les négociations dans les prochaines 48 heures. Mais le chemin s'annonce semé d'embûches. Le ministre allemand de l'Economie a pour l'instant fermé la porte à Alexis Tsipras, évoquant de nouvelles discussions "difficilement imaginables". Les Grecs ont dit « oxi » (non) à plus de 61% à la dernière proposition de réformes formulée par les créanciers du pays, d'après le  ministère grec de l'intérieur.

Un projet d'aide humanitaire pour la Grèce

Mardi soir, les dirigeants de la zone euro se réuniront à Bruxelles pour un sommet consacré aux conséquences du référendum. Il sera précédé d'une réunion des ministres des Finances de l'Eurogroupe. Le président du Parlement européen, Martin Schulz, a demandé que le sommet discute d'un "programme d'aide humanitaire pour la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ppsoft le lundi 6 juil 2015 à 07:06

    b.renie : et donc ? L'Europe comme coopération d'Etats souverains, ça me va mieux que cette Europe-là.

  • M2061328 le lundi 6 juil 2015 à 06:28

    Va t'il savoir prendre la main notre président ? je crains que non -

  • b.renie le lundi 6 juil 2015 à 06:28

    Que faire maintenant ? Paris et Berlin n'ont pas le choix : rouvrir les négociations avec Athènes pour réduire les exigences c'est ouvrir la voie du pouvoir aux partis protestataires FN Podemos, Cinque stelle et autres en Angleterre Autriche Hongrie etc. c'est donc le commencement de la fin de l'Europe avec l'émergence des partis souverainistes

  • stepone7 le lundi 6 juil 2015 à 06:08

    je suis sur qu un accord va etre trouver avec un effacement de 100 milliard de la dette grecque et valls va taxer les francais (car il deteste ce peuple c est clair ) on va devoir payer toujours plus d impot pour payer leurs erreurs .. c est halucinant on a meme pas le droit a la parole juste ici pour payer ...

  • stepone7 le lundi 6 juil 2015 à 06:02

    nous en france nous n'avons jamais le droit d exprimer notre avis .. aucun referendum meme quand les gouvernements jettent notre argent par la fenetre aucune consultation avec le peuple on est juste la pour payer toujours plus d impot pour que valls and co// donnent tout a l espagne grece portugal etc.. vivement 2017

  • stedata le lundi 6 juil 2015 à 05:55

    Mais lachez nous avec la Grece!

  • Jemime le lundi 6 juil 2015 à 05:45

    Il faudrait aussi être interrogé sur notre volonté de garder la grece dans la zone euro ce serait la moindre des choses et surtout ne pas laisser la guimauvicite gluante nous gagner....je pense qu a 70 pour cent il y aurait le rejet.....il vaut mieux couper court à tout....tsipras n est pas fiable