Un Somalien arrêté en Italie pour viol et séquestration de migrants

le
4
UN CHEF DE GANG SOMALIEN ARRÊTÉ EN ITALIE
UN CHEF DE GANG SOMALIEN ARRÊTÉ EN ITALIE

par Wladimiro Pantaleone

PALERME, Italie (Reuters) - Un chef de gang somalien, accusé par des migrants érythréens de viols, enlèvements et extorsion de fonds, a été arrêté en Italie, a dit la police vendredi, révélant une affaire édifiante sur le trafic d'êtres humains entre l'Europe et l'Afrique.

L'affaire a pu être mise au jour à partir des récits des survivants du naufrage d'un bateau de migrants africains qui a fait au moins 366 morts au large de l'île italienne de Lampedusa le 3 octobre dernier.

L'homme arrêté, Elmi Mouhamud Muhidin, 24 ans, était l'un des chefs d'un gang d'une cinquantaine d'hommes, Somaliens et Soudanais, qui ont enlevé 130 migrants érythréens en juillet après les avoir trouvés marchant dans le Sahara entre le Soudan et la Libye, selon un mandat d'arrêt consulté Reuters.

Les Erythréens ont été emmenés par le gang à Sabha, en Libye, et entassés dans une pièce pendant deux semaines. Ils y ont été torturés, la plante des pieds frappée au marteau. Ils ont également été soumis à des décharges électriques. Les 20 femmes du groupe ont été violées à plusieurs reprises et offertes à des "visiteurs" libyens "comme une tasse de thé".

Les Erythréens ont ensuite été forcés à payer 3.300 dollars chacun (2.500 euros environ) pour être libérés et transportés dans la capitale, Tripoli, où ils ont été remis à d'autres trafiquants qui géraient un camp de 600 personnes.

PRATIQUEMENT LYNCHÉ

Les 130 Erythréens, avec des centaines d'autres, ont été entassés sur un petit bateau de pêche qui a coulé à moins d'un kilomètre de Lampedusa. Ils avaient payé chacun 1.600 dollars supplémentaires pour la traversée.

Elmi Mouhamud Muhidin a, semble-t-il, ensuite voulu à son tour faire la traversée de Libye à Lampedusa, but ultime de nombreux migrants africains. Quand il est arrivé dans le centre où sont réunis les migrants à Lampedusa, le 25 octobre, il a été assailli et pratiquement lynché par ses victimes.

C'est ainsi que l'enquête policière a été déclenchée.

Muhidin, qui encourt 30 ans de prison, a été transféré à Palerme jeudi.

"Ils étaient traités comme des esclaves", a déclaré à Reuters le procureur de Palerme responsable de l'enquête, Cologero Ferrara, à propos des migrants kidnappés. "On leur donnait une poignée de riz tous les trois jours. Ils ont été brutalement battus à de nombreuses reprises."

La Libye, pays particulièrement incontrôlable où le Premier ministre lui-même a été brièvement enlevé le 10 octobre, est le point de départ des deux tiers des bateaux de fortune qui partent d'Afrique du Nord pour l'Europe via l'Italie.

Depuis le drame du 3 octobre, l'Italie a augmenté ses patrouilles maritimes et utilise des drones pour localiser les bateaux qui tente cette dangereuse traversée.

Parmi les prisonniers, seul un petit garçon de quatre ans a été épargné par les tortionnaires, ont raconté les témoins aux enquêteurs, mais il est mort noyé dans le naufrage.

Danielle Rouquié pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rraclot le samedi 9 nov 2013 à 14:03

    Il y a trop à dire et trop à faire... Ne voulant pas être considéré comme " raciste"! Cela ne me concerne pas! Il y aurait trop à dire.... Je reste chez moi!

  • g.gille7 le samedi 9 nov 2013 à 13:00

    En France peut être mais en italie c est pas la même histoire, moir ou blanc pas de faveur! "la legge e uguale per tutti"

  • idem12 le samedi 9 nov 2013 à 12:45

    Sûrement une erreur judiciaire, un noir ne peut pas être coupable...

  • M2280901 le samedi 9 nov 2013 à 12:33

    il a la tête de l'emploi