Un soldat fait trois morts et 16 blessés sur une base au Texas

le
1
QUATRE MORTS DANS UNE FUSILLADE SUR LA BASE DE FORT HOOD, AU TEXAS
QUATRE MORTS DANS UNE FUSILLADE SUR LA BASE DE FORT HOOD, AU TEXAS

par Jon Herskovitz et Lisa Maria Garza

FORT HOOD Texas (Reuters) - Un militaire américain ayant des problèmes mentaux a abattu trois personnes et en a blessé au moins 16 mercredi avant de retourner son arme contre lui sur la base militaire de Fort Hood, au Texas, qui avait déjà été le théâtre d'une tuerie en 2009.

Le tireur, qui était suivi pour dépression et anxiété, s'est rendu dans deux bâtiments de la base et a ouvert le feu avant d'être rattrapé par la police militaire, a expliqué le général Mark Milley, commandant de la base.

L'homme, dont les motivations restent inconnues, s'est ensuite tiré une balle dans la tête à l'aide d'un pistolet de calibre 45, a poursuivi l'officier.

"A ce stade, rien n'indique que cet incident ait un lien avec le terrorisme", a déclaré le général Milley lors d'une conférence de presse.

La fusillade est la troisième en six mois sur une base militaire américaine et s'ajoute à une série de tueries dans des lieux publics, tels que des écoles ou des centres commerciaux. Ces drames ont relancé le débat sur le contrôle des armes.

Selon les premières informations des services de sécurité, le tireur se nommait Ivan Lopez. Mark Milley a pour sa part refusé de communiquer son identité tant que sa famille n'a pas été informée de son décès.

L'épouse du tireur coopère avec les enquêteurs, a indiqué un responsable de la police judiciaire (FBI), selon la chaîne de télévision CNN.

Le tireur a servi en Irak pendant quatre mois en 2011, a précisé le général Milley. Il faisait l'objet d'examens pour stress post-traumatique. Il était arrivé à Fort Hood en février.

L'hôpital Scott and White de Temple, au Texas, où ont été admis une partie des blessés, fait état de neuf personnes en soins intensifs, trois dans un état grave et six dans un état stable.

Barack Obama s'est dit bouleversé qu'une nouvelle fusillade ait eu lieu à Fort Hood. "Nous irons au fond des choses pour savoir ce qui s'est exactement passé", a promis le président.

"TERRIBLE TRAGÉDIE"

La fusillade a éclaté vers 16h00 (21h00 GMT). Les accès à Fort Hood ont été immédiatement fermés et un cordon de sécurité a été mis en place autour du site, survolé par des hélicoptères, tandis que les ambulances et les véhicules de police arrivaient.

Le Central Texas College, dont un campus se trouve à Fort Hood, a par ailleurs été évacué.

Selon Mark Milley, le tireur est entré dans un bâtiment, a ouvert le feu, est ensuite monté dans un véhicule et a tiré à partir de là. Il s'est ensuite rendu dans un autre bâtiment et a fait feu à nouveau, jusqu'à ce qu'il soit repéré par les forces de l'ordre de Fort Hood.

Lors de sa confrontation avec une femme de la police militaire, il s'est suicidé avec son arme semi-automatique sur le parking.

Selon le résumé fourni par le commandant de la base, l'homme s'est approché à cinq-six mètres de la policière. Il a alors levé les mains en l'air, puis a fouillé sous sa veste et sorti son calibre 45. La policière a sorti son arme. C'est alors qu'il a porté l'arme à sa tête.

"C'est une terrible tragédie. Nous le savons. Nous savons qu'il y a des victimes, des morts et des blessés", a déploré le secrétaire à la Défense Chuck Hagel, lors d'une conférence de presse à Honolulu, où il rencontrait ses homologues asiatiques.

En novembre 2009, le commandant Malik Nadal Hasan, un psychiatre militaire, avait tué 13 personnes et fait 32 blessés sur la même base.

Plus récemment, un forcené a fait 12 morts et quatre blessés en septembre au Navy Yard de Washington avant d'être tué par la police et, le mois dernier, un marin a été tué par un civil sur un navire de la base de Norfolk, en Virginie.

Chuck Hagel avait ordonné le mois dernier l'instauration de nouvelles mesures de sécurité à l'issue de l'enquête sur la fusillade du Navy Yard, dont les conclusions indiquent qu'elle aurait pu être évitée si les antécédents psychiatriques du tireur avaient été dûment vérifiés.

(Avec Jeff Mason à Chicago, David Alexander et Caren Bohan à Washington, Phil Stewart à Honolulu; Jean-Philippe Lefief et Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le jeudi 3 avr 2014 à 09:58

    Les sociétés sont malades...les citoyens se sentent abandonnés...l'humanité se meurt...encore qqs petites décennies, et l'homme avec son intelligence supérieur, aura fait le plus court passage de tout le vivant sur terre...Il n'y a pas de quoi être fier de nous !!!...