Un soldat bizuté poursuivi devant la justice pour désertion

le
0
Benjamin, mécanicien pour avion, a quitté l'armée après avoir subi un bizutage. Il comparait lundi après-midi devant le tribunal des affaires militaires à Marseille.

Avec le temps, Benjamin a fini par parler. En août 2011, le jeune sergent de 25 ans quitte brutalement son poste de mécanicien sur la base aérienne d'Istres, dans les Bouches-du-Rhône, sans donner d'explication. Aujourd'hui, Benjamin confie avoir été traumatisé par une séance de bizutage. «J'avais bien constaté sa dépression et son mal-être», raconte son père au Parisien . «À Noël, il a lâché le morceau». L'ex-soldat comparaît lundi après-midi devant le tribunal des affaires militaires de Marseille pour désertion.

Fils d'un commandant de police, petit-fils d'un militaire, Benjamin s'engage dans l'armée de l'air en 2008. Après l'école des sous-officiers de Rochefort (Charente-Maritime), il signe pour cinq ans comme mécanicien avec le grade de sergent. Bien noté, apprécié par sa hiérarchie, il est d'abord affecté à l'entretien des Mirage 2000.

Mais dès son arrivée sur la base d'Istres, le cauchemar commence, explique Benjamin au Parisien . «Dans le biz...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant