«Un simulacre d'élection en Russie»

le
1
La politologue Hélène Blanc dresse dans son dernier livre un bilan sans concession des années Medvedev-Poutine. Tout est à craindre selon elle après l'élection présidentielle de dimanche.

Le Figaro. - La page Medvedev à la présidence russe, qui s'achève dimanche, n'aura finalement été qu'une parenthèse dans les années Poutine?

Hélène Blanc*. - Ça fait longtemps que nous avions pronostiqué cette brillante opération. À la fin de ses deux mandats légaux en 2008, Vladimir Poutine voulait s'accrocher au pouvoir. Mais il ne pouvait pas bricoler la Constitution sans avoir l'air d'être un antidémocrate. Il a donc imaginé ce tour de passe-passe, en plaçant Dmitri Medvedev au Kremlin. Certains, en Russie et en Occident, ont voulu croire que les choses pouvaient changer, que Medvedev allait réellement moderniser le pays et offrir à la population un quotidien meilleur, comme il a pu le promettre. Pendant quatre ans, les deux ont joué le rôle du gentil et du méchant mais le résultat était planifié depuis des années.

 

«Poutine a resoviétisé la Russie», analyse la chercheuse.
«Poutine a resoviétisé la Russie», analyse la chercheuse.

 

Vous dressez dans votre livre un bilan très noir de ces années Pouti...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • samielie le vendredi 2 mar 2012 à 17:12

    vive le post communisme capitalistique oligarchique avec fuite de capitaux dans les endroits branches du globe