Un sénateur quitte le PS avec un tweet vengeur

le
1
Philippe Esnol en 2010
Philippe Esnol en 2010

"Mort aux cons". C'est avec ces mots que le sénateur-maire de Conflans-Sainte-Honorine a quitté les rangs du PS. Philippe Esnol, qui dirige une ville qui fut le fief de Michel Rocard et de Jean-Paul Huchon a décidé de siéger, à l'avenir, parmi les élus du Parti radical de gauche. Dans sa déclaration officielle, il parle de "désaccords profonds" avec la direction du parti et d'une "lassitude" à la suite des "polémiques stériles alimentées par de nombreux membres du gouvernement et parlementaires.

"J'ai été particulièrement consterné par les déclarations irresponsables sur la reconduite de Leonarda et de sa famille", a écrit M. Esnol dans un communiqué. "Le Parti socialiste est un parti de gouvernement qui oblige à une certaine retenue et à une attitude responsable", estime-t-il. "Je regrette profondément qu'une grande partie d'entre eux l'oublient quand ils voient se profiler une opportunité politique. Car ces propos n'ont été tenus que dans le but de faire parler de soi et de déstabiliser Manuel Valls, ministre de l'Intérieur et personnalité politique préférée des Français", affirme le sénateur en exprimant sa "lassitude des polémiques stériles".Et en 140 signes, son message passe de façon nettement plus directe. "Seul objectif de Melenchon et irresponsables PS : flinguer Valls, quelle pitié ! Mort aux cons", tweetait-il dimanche. "Il dénonce un "slalom idéologique"

L'élu des Yvelines invoque aussi des raisons locales,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M78543 le mercredi 23 oct 2013 à 23:18

    http://www.laplumeagratter.fr/2013/09/16/quand-les-roms-viennent-pisser-sur-la-cresson-la-bien-pensance-de-gauche-fait-long-feu/