Un sauvetage de la filiale bancaire de PSA serait en négociation

le
4
UN SAUVETAGE DE LA FILIALE BANCAIRE DE PSA SERAIT EN NÉGOCIATION
UN SAUVETAGE DE LA FILIALE BANCAIRE DE PSA SERAIT EN NÉGOCIATION

PARIS (Reuters) - Un sauvetage de Banque PSA Finance est en négociation sous l'égide du ministère des Finances et du Trésor et avec les banques de la place, rapporte mercredi Le Figaro, précisant que les banques devraient s'engager à financer la filiale bancaire de PSA tandis que l'Etat apporterait sa garantie.

Les négociations sont qualifiées d'intenses par le quotidien, qui, sans citer ses sources, indique qu'elles pourraient déboucher dans les prochains jours.

Selon le quotidien, les banques créancières de Banque PSA Finance (BPF) devraient repousser les échéances de remboursement de la société sur l'équivalent de 4,0 milliards d'euros de dettes. Ensuite, elles devraient s'engager à apporter de nouveaux crédits à BPF - un geste de 1,5 milliard d'euros est évoqué. Enfin, l'État devrait apporter sa garantie aux nouveaux emprunts de BPF, pour un montant de l'ordre de 4,0 milliards d'euros.

"Les différents curseurs sont encore susceptibles d'être ajustés, mais il faut aller vite. Pour BPF, mais aussi pour que le gouvernement puisse insérer le volet garantie dans le projet de loi de finances qui est déjà en discussion au Parlement, ajoute Le Figaro.

Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès de PSA.

Le 10 octobre, Moody's a annoncé que Banque PSA Finance restait sous surveillance en vue d'un éventuel déclassement, après la décision de l'agence de notation crédit d'abaisser de Ba2 à Ba3 la note du groupe PSA en raison de ses difficultés financières actuelles.

Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Gilles Guillaume

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bgrenaut le mercredi 17 oct 2012 à 08:58

    Pourquoi les actionnaires ne se débrouillent-ils pas seuls avec leur entreprise? La famille Peugeot ne peut-elle pas garantir sa banque avec sa fortune? Encore une fois, l'Etat est appelé à la rescousse alors que le patronat demande moins d'interventionnisme de sa part. Ce n'est qu'une garantie, comme pour les Grecs, mais en cas de pépin, qui voit ses impôts augmenter?!

  • jfmaudi le mercredi 17 oct 2012 à 08:47

    Soit on construit des automobiles soit on est banquier. Il faut esperer que cela n'ira pas au-dela d'une garantie et que des fonds publics ne seront pas engages. Le probleme est que si BPF tombe c'est tout le groupe qui se ramasse...un peu plus. Il est ou Montebourg ?

  • o.top le mercredi 17 oct 2012 à 08:37

    les salaries d'aulnay vont sauter de joie !

  • M4189758 le mercredi 17 oct 2012 à 07:52

    JPi - Sauvez qui ? De quoi ? Sauvons nous ! Ce qui est pourri, gangrené il faut le couper pour sauver ce qui reste. Mais un poli tique, même excellent, n’est pas un bon médecin.