Un saut sans parachute à 8 km d'altitude!

le , mis à jour à 08:16
1
Un saut sans parachute à 8 km d'altitude!
Un saut sans parachute à 8 km d'altitude!

Luke Aikins, l'Américain qui veut s'élancer à près de 8 km du plancher des vaches sans parachute, n'est pas du genre à se dégonfler. Annoncé il y a un an, son défi baptisé « Heaven Sent » (« Tombé du ciel ») est désormais inscrit sur les tablettes des exploits fous. Il vient en effet d'être programmé pour le samedi 30 juillet aux Etats-Unis, précisément à Los Angeles, tout près d'Hollywood, donc, qui ne renierait pas le scénario.

S'il ne veut pas achever sa descente infernale de deux minutes au cimetière, le trompe-la-mort âgé de 42 ans devra viser juste : un filet de décélération d'une surface de 30 m 2 suspendu à 76 m du sol, testé jusque-là avec des objets lourds catapultés depuis un hélicoptère. Juste avant d'atteindre sa cible, Aikins se retournera sur le dos afin que le « trampoline » amortisse au mieux la chute libre. L'odyssée vertigineuse sera retransmise entre 17 heures et 18 heures (heure de Los Angeles, soit entre 2 heures et 3 heures en France) sur la Fox, le puissant réseau de télévision outre-Atlantique du magnat Rupert Murdoch. Mais avec un très léger différé, au cas où les choses ne se passeraient pas comme prévu.

 

18 000 sauts au compteur

« Bien sûr que j'ai peur ! Toute personne qui se lance dans un truc pareil doit avoir un peu peur, sinon elle ne devrait pas franchir le pas », nous confiait il y a six mois ce baroudeur marié et papa d'un garçon de 4 ans. Il s'agit là du défi le plus risqué (mais aussi le plus cathodique) depuis l'épopée stratosphérique de l'Autrichien Felix Baumgartner en 2012. Aikins, notre costaud de Seattle, n'est, lui, pas soutenu par une célèbre boisson énergisante mais par une marque de chewing-gum qui a investi des centaines de milliers de dollars dans ce projet de haut vol. Lucky Luke (« Luke le chanceux »), c'est son surnom, est une tête brûlée chevronnée et réputée, totalisant un quart de siècle de carrière dans les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2687570 il y a 6 mois

    La prochaine fois, c'est les yeux bandés et les mains attachées dans le dos