Un ressortissant français enlevé en Algérie

le
0

PARIS (Reuters) - Un Français a été enlevé dimanche dans l'est de l'Algérie, dans la région de Tizi Ouzou, fait savoir lundi le ministère des Affaires étrangères.

"Cet enlèvement n'a pas été revendiqué", précise le porte-parole adjoint du ministère, Alexandre Giorgini, dans un communiqué.

Cet enlèvement est révélé quelques heures après la diffusion de menaces de l'Etat islamique à l'encontre de pays occidentaux engagés en Irak, dont la France.

"Tout est mis en oeuvre pour retrouver notre compatriote. Les services de l'Etat sont mobilisés et aucune hypothèse n'est écartée", dit encore le texte. "Nous sommes en contact permanent avec les autorités algériennes, qui nous apportent leur coopération et leur plein soutien."

Aucun responsable algérien n'a pu être joint pour commenter l'information. Selon la chaîne de télévision privée Echorouk, la victime serait un professeur de sports originaire du sud de la France, qui rendait visite à des amis algériens.

La chaîne ajoute que l'armée algérienne a lancé une opération de recherche.

Des activistes d'Al Qaïda au Maghreb islamique sont actifs dans la région de Tizi Ouzou, à une centaine de kilomètres de la capitale Alger, où des embuscades et accrochages avec l'armée se produisent parfois.

Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a demandé lundi à une trentaine d'ambassades d'appeler les ressortissants français à redoubler de vigilance face au risque terroriste.

Il pourrait s'agir du premier enlèvement d'un ressortissant étranger en Algérie par des islamistes depuis la fin de la guerre, dans les années 1990.

Si les attaques d'activistes sont plus rares désormais, celle menée contre le site gazier d'In Amenas, dans le sud du pays, début 2013, avait fait 40 morts, pour l'essentiel des étrangers.

(Gregory Blachier, avec John Irish, et Patrick Markey à Alger)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant