Un responsable ouïghour du Xinjiang visé pour corruption

le
0

PEKIN, 30 octobre (Reuters) - Le maire d'une des principales villes du Xinjiang, province troublée du nord-ouest de la Chine, fait l'objet d'une enquête pour faits présumés de corruption, rapportent jeudi des médias officiels. Adil Nurmemet, maire d'Hotan depuis 2009 et membre de la communauté ouïghoure, est soupçonné de "violations sérieuses de la discipline", écrit l'agence de presse Chine nouvelle citant le comité local du Parti communiste. Depuis son arrivée au pouvoir, entérinée en mars 2013, le président chinois Xi Jinping a engagé une lutte contre la corruption qui n'a que peu concerné jusqu'à présent les régions abritant de fortes minorités ethniques comme le Xinjiang ou le Tibet. Située dans le sud de la province, la région d'Hotan est régulièrement le théâtre de violences. Cet été, les forces de sécurité y ont tué neuf activistes présumés. Le gouvernement central dénonce les velléités séparatistes d'islamistes ouïghours; les organisations ouïghoures en exil attribuent pour leur part les troubles aux politiques répressives dont elles accusent Pékin. Ces deux dernières années, les tensions ont fait plusieurs centaines de morts dans la province. (Ben Blanchard; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant