Un réseau social Nelson Mandela lancé sur internet

le
0
Un réseau social Nelson Mandela lancé sur internet
Un réseau social Nelson Mandela lancé sur internet

L'ancien président sud-africain Nelson Mandela, toujours hospitalisé dans un état grave à 95 ans, avait déjà des rues à son nom, des fondations et un fan-club. Il a désormais son propre réseau social sur internet.Deux de ses petits-enfants ont créé la plateforme mandela.is, sur laquelle les visiteurs, appelés "citoyens", peuvent laisser des messages, poster des photos ou partager des pensées avec pour objectif d'étendre l'aura du héros de la lutte anti-apartheid dans le monde entier."C'est un réseau social qui se nourrit de l'inspiration que suscite mon grand-père au niveau mondial", explique Ndaba Mandela, l'un des deux petits-fils qui, à 30 ans, est à la tête d'une énième initiative familiale surfant sur la célébrité de Mandela."Les gens peuvent raconter ce que Mandela les a incités à faire, comment il les a encouragés à rendre service à leur communauté", ajoute le jeune homme, président d'Africa Rising, un organisme à but non lucratif qui veut encourager l'innovation et le développement en Afrique.Nelson Mandela est un véritable héros dans son pays et un symbole de la paix et de la réconciliation nationale dans le monde.Après vingt-sept ans passés en prison pour avoir combattu le régime ségrégationniste de l'apartheid, il a réussi à rassembler une Afrique du Sud profondément divisée, devenant le premier président noir du pays en 1994.Il y a quatre ans, les Nations unies ont même fait de sa date d'anniversaire, le 18 juillet, le "Jour de Mandela", appelant chacun à passer 67 minutes à faire le bien, un chiffre correspondant au nombre d'années d'activisme de "Madiba", le surnom de Mandela.Mais ses quatre hospitalisations successives cette année ont rappelé aux Sud-Africains que le héros national n'est pas immortel.Plusieurs milliers de membres"Nous ne rendons hommage à nos héros, à nos chefs qu'une fois qu'ils sont morts", regrette Ndaba, qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant