Un réseau de "cyber-espions" visant plus de 30 pays mis au jour

le
0
Un réseau de "cyber-espions" visant plus de 30 pays mis au jour
Un réseau de "cyber-espions" visant plus de 30 pays mis au jour

La société spécialisée en sécurité informatique Kaspersky Lab a annoncé mardi avoir mis au jour un redoutable réseau de "cyber-espions" à l'origine d'attaques d'une complexité sans précédent infectant les disques durs de gouvernements, agences gouvernementales et sociétés stratégiques dans plus de 30 pays.Baptisé "Equation" par Kaspersky, ce groupe "a infecté à partir de 2001 des milliers, voire des dizaines de milliers de victimes dans plus de 30 pays dans le monde", écrit la société dans un rapport.Kaspersky évoque un réseau "qui surpasse tout ce qui est connu en termes de complexité et de sophistication des techniques" et "unique dans presque tous les aspects de ses activités"."Il utilise des outils très compliqués et coûteux à développer en vue d'infecter les victimes, accéder à leurs données et masquer son activité avec un professionnalisme remarquable", explique Kaspersky.Concernant les auteurs de ces attaques, le laboratoire russe fait état de "liens solides" avec le fameux virus Stuxnet, à l'origine d'attaques contre le programme nucléaire iranien et utilisé selon Téhéran par les Etats-Unis et Israël.Ainsi le virus Fanny, l'un de ceux utilisés par le groupe, porte des traces qui indiquent que "les développeurs d'Equation et Stuxnet sont soit les mêmes, soit coopèrent étroitement".Les pays les plus touchés sont l'Iran, la Russie, le Pakistan, l'Afghanistan, l'Inde, la Chine, la Syrie et le Mali. Les cibles, sélectionnées avec une "précision chirurgicale", vont des gouvernements aux antennes diplomatiques, armées, médias, organisations islamiques ou les secteurs des télécoms, des hydrocarbures, du nucléaire, des nanotechnologies, de la finance...Le mode opératoire faisait en sorte de ne pas viser certains pays comme la Jordanie, la Turquie et l'Egypte.Agissant par le biais de virus connus sous le terme de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant