Un réfugié afghan veut lancer des drones au secours des naufragés de l'exode

le
0
Un réfugié afghan veut lancer des drones au secours des naufragés de l'exode
Un réfugié afghan veut lancer des drones au secours des naufragés de l'exode

Sur une plage de galets de l'île grecque de Lesbos, Mehdi Salehi cherche un bon emplacement pour lancer le drone qu'il a conçu afin de secourir les réfugiés naufragés en tentant de gagner l'Europe par la Méditerranée. Il y a quinze ans, cet Afghan de 33 ans avait suivi la même route en fuyant les talibans, au prix d'une périlleuse traversée de la mer Égée entre la Turquie et la Grèce. Des centaines de personnes se sont noyées dans ce bras de mer durant l'exode de 2015, dont nombre au large de Lesbos. "Grâce à la technologie dont nous disposons actuellement, smartphones ou drones, les gens ne devraient pas se noyer en mer", dit à l'AFP M. Salehi. Son projet "Drones pour les réfugiés" en phase pilote actuellement, vise à aider les équipes de sauvetage à repérer et approcher rapidement les embarcations des migrants en difficulté. L'objectif est de réduire le laps de temps entre naufrage et sauvetage, qui s'avère souvent fatal.D'ici à la fin de l'année, ce trentenaire ambitionne de construire de grands drones pour couvrir des espaces étendus en Méditerranée. Son projet est autofinancé mais pour des drones d'une longue autonomie de vol, un parrainage sera indispensable, explique-t-il.De New York, où il est désormais installé et maître de conférences à la prestigieuse école Parsons d'art et de design, il s'est résolu à mettre à profit ses compétences, en réaction aux images qui ont fait le tour du monde des canots pneumatiques débordés de réfugiés, des naufrages et des cadavres en mer Égée. -Des drones "pour le bien"-Avec le soutien de l'école Parsons, Mehdi Salehi et sa partenaire Kristen ont acheté un drone, qu'ils ont adapté en l'équipant de cameras, de capteurs et de moyens d'échange de données, tout en créant une plateforme web.Les images provenant des caméras et des capteurs infrarouges peuvent être diffusées en temps réel sur un site web ou sur les appareils portables ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant