Un recours mal engagé pour la famille de Leonarda

le
3
La famille de Leonarda tentera demain devant le tribunal administratif de Besançon d'obtenir un titre de séjour vie privée et familiale.
La famille de Leonarda tentera demain devant le tribunal administratif de Besançon d'obtenir un titre de séjour vie privée et familiale.

Si l'acharnement judiciaire était une preuve pour démontrer sa volonté d'intégration, nul doute que la famille Dibrani serait encore en France. Malheureusement pour elle, ce ne semble pas être le cas. Et le tribunal administratif de Besançon va une nouvelle fois devoir se prononcer, mardi, sur le sort de cette famille expulsée du territoire. Arrivés en 2009, Resat Dibrani et sa famille ont multiplié les demandes d'asile, qui ont toutes été rejetées. Entendu à plusieurs reprises, le père de Leonarda affirmera être venu en France directement du Kosovo. Il avouera par la suite, après son expulsion, avoir en réalité vécu en Italie. À l'époque, ses déclarations semblaient être confirmées par la base de données Eurodac, car ses empreintes digitales n'y figuraient pas. Cet outil a été mis en place par l'Union européenne pour s'assurer que les demandeurs d'asile ne fassent pas plusieurs demandes dans des pays différents. "Cela signifie donc que la famille de Leonarda n'avait jamais demandé l'asile en Italie", assure Yves Claisse, avocat du préfet du Doubs. À l'été 2013, la famille est assignée à résidence dans le centre d'accueil où ils logent, alors que Resat et son épouse Gemildja Dibrani font l'objet d'une obligation de quitter le territoire français (OQTF). Une "affaire pitoyable" C'est le père de Leonarda qui, le premier, quittera la France. Il refusera d'embarquer à deux reprises en septembre 2013, au "motif que sa famille...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5319573 le mardi 7 jan 2014 à 09:40

    que la justice tranche une fois pour toute et rejette définitivement la demande de cette famille qui ne fait que s'accrocher à notre "générosité" il y a d'autres cas plus urgents que le leur.. ils ont menti, "mösieur" ne voulait pas travailler, la fille manque régulièrement l'école, madame ne parle pas français (pourtant des cours sont dispensés pour ceux qui veulent s'intégrer.." alors basta, du vent, dégagez...

  • michevey le mardi 7 jan 2014 à 09:02

    Malheureusement c'est comme pour Schumacher, les médias "sautent sur tout ce qui bouge" pour vendre de l'info spectacle. C'est eux qu'il faudrait encadrer....!

  • M1531771 le mardi 7 jan 2014 à 08:40

    Nous n'en voulons pas de cette famille. Vont ils enfin nous lacher la grappe et arrêter de nous en parler...! Nous n'en voulons pas !