Un réacteur nucléaire belge arrêté à cause d'une fuite d'eau

le
0
    BRUXELLES, 25 décembre (Reuters) - Electrabel, la filiale 
belge du groupe français Engie  ENGIE.PA , a arrêté vendredi 
l'un de ses réacteurs nucléaires en raison d'une fuite d'eau, 
quelques jours seulement après l'avoir redémarré après une 
fermeture de près de deux ans, a déclaré une porte-parole de 
l'entreprise. 
    Le réacteur a été arrêté "à chaud" à 01h00 (00h00 GMT), ce 
qui signifie qu'il n'a pas été refroidi complètement et qu'il 
peut redémarrer relativement rapidement, a précisé Anne-Sophie 
Hugé. 
    Elle a ajouté qu'il était trop tôt pour dire quand le 
redémarrage pourrait avoir lieu, les investigations sur la cause 
de la fuite n'étant pas terminées. 
    Le réacteur Doel 3, d'une puissance de 1.006 mégawatts, 
avait été redémarré lundi après un arrêt de 21 mois, conséquence 
de la découverte d'indications de micro-fissures sur la cuve, 
tout comme sur celui de Tihange 2, également arrêté. 
    Après de longues expertises, l'Agence fédérale de contrôle 
nucléaire (AFCN) belge avait autorisé le mois dernier le 
redémarrage des deux réacteurs après avoir conclu que les 
indications de défauts ne compromettaient pas leur sûreté. 
  
    Anne-Sophie Hugé a déclaré vendredi que le nouvel arrêt 
n'avait aucun lien avec ce dossier. 
    Electrabel exploite sept réacteurs nucléaires belges, quatre 
à Doel et trois à Tihange, pour une capacité totale de 6.000 
mégawatts, l'équivalent d'environ 55% de la consommation 
d'électricité de la Belgique.  
        
 
 (Barbara Lewis; Marc Angrand pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant