Un rapport lève le tabou des frais d'inscription à la fac

le
0
Un Français, aujourd'hui professeur à l'Université de Columbia, propose de faire payer davantage les étudiants français issus de familles aisées.

La question sur les frais d'inscriptions universitaires pèsera- t-elle pendant la campagne présidentielle ? La conférence des présidents d'université se penche sur ce problème explosif depuis six mois par le biais d'un groupe de travail sur «les effets redistributifs du financement dans l'enseignement supérieur»  : la question des droits d'inscription y est étudiée, autant que celle des bourses et des prêts.

Le rapport de l'Institut de l'entreprise (1) rendu public ce mois-ci va nécessairement nourrir leur réflexion. La France souffre toujours d'un sous-financement considérable de son enseignement supérieur malgré l'effort de remise à niveau budgétaire engagé par l'État ces dernières années. Elle ne pourra pas se passer d'un «effort accru aux financements privés», affirme l'auteur, Pierre-André Chiappori, professeur d'économie à l'Université de Columbia (États-Unis), qui a longtemps travaillé au CNRS, à Polytechnique et à l'École des hautes ü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant