Un quartier franco-germano-suisse se prépare sur le Rhin

le
2

Un espace de 82 hectares répartis sur les territoires français, suisse et allemand devrait donner naissance d'ici 20 ans au premier projet européen de quartier transfrontalier trinational.

La ville suisse de Bâle et deux communes voisines en France et en Allemagne prévoient de créer ensemble en vingt ans un quartier transfrontalier enjambant le Rhin, un projet unique en Europe, ont indiqué vendredi les élus et architectes en charge du projet.

Le canton de Bâle-ville, Huningue (Haut-Rhin) et Weil-am-Rhein (Allemagne) vont aménager un espace de 82 hectares répartis sur leurs trois territoires, le long des rives du fleuve, ont annoncé Hans-Peter Wessels, l'élu bâlois en charge de l'urbanisme, Jean-Marc Deichtmann, maire de Huningue et Wolfgang Dietz, son homologue de Weil-am-Rhein.

Nouveau pont sur le Rhin

Baptisé 3Land (trois pays), le projet est dimensionné pour pouvoir accueillir environ 10.000 nouveaux habitants et 13.000 emplois, a précisé le cabinet d'architectes franco-allemand LIN, rédacteur de son «concept urbain», au cours d'un point de presse à Bâle. Les trois villes totalisent ensemble 210.000 habitants aujourd'hui, dont 174.000 à Bâle.

A Bâle, 3Land impliquera de déplacer de plusieurs centaines de mètres l'activité et les bâtiments du port fluvial qui occupe aujourd'hui l'espace prévu pour les futurs aménagements et constructions, ont rappelé les élus.

L'une des premières réalisations concrètes sera un nouveau pont sur le Rhin entre Bâle et Huningue pour les transports en commun. Sa construction ne débutera probablement pas avant 2020, a précisé M. Wessels, rappelant que l'ensemble des réalisations était planifié sur vingt à trente ans.

Selon LIN, 3Land vise à redonner sa place centrale au Rhin, à développer les espaces paysagers grâce à des parcs urbains et des «corridors verts», à favoriser les déplacements autres qu'en voiture individuelle et à rééquilibrer les fonctions urbaines entre les trois villes. «On doit sortir d'un schéma du type: travailler en Suisse, acheter en Allemagne et dormir en France», a appuyé Jean-Marc Deichtmann.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pierry5 le lundi 23 mar 2015 à 13:33

    Qu'Est-ce qui va se passer d'ici 20 ans ???

  • 750gr le dimanche 22 mar 2015 à 18:16

    "le projet est dimensionné pour pouvoir accueillir environ 10.000 nouveaux habitants et 13.000 emplois"..13.000 emplois, c'est beau de rêver les yeux ouverts! La mode aujourd’hui pour faire avaler tout et n'importe quoi c'est de balancer un gros chiffre de création d'emplois.