Un quartier de Homs durement pilonné par l'armée

le
0

par Khaled Yacoub Oweis et Erika Solomon

AMMAN/BEYROUTH (Reuters) - D'intenses bombardements ont visé vendredi le quartier de Baba Amro à Homs, troisième ville de Syrie, au lendemain de l'adoption par l'Assemblée générale de l'Onu d'une résolution appuyant le plan arabe qui prévoit la mise à l'écart du président Bachar al Assad.

Le vice-ministre chinois des Affaires étrangères, Zhai Jun, est arrivé à Damas. A son départ de Pékin, il a réaffirmé que son pays s'opposait à toute opération visant à faire tomber par la force le régime en place.

Il devait rencontrer dans la soirée son homologue syrien et s'entretenir samedi avec le président Assad. Il verra également des responsables de l'opposition à Damas.

A Homs, qui fait l'objet de pilonnages depuis le 4 février, un déluge de roquettes et d'obus s'est abattu sur Baba Amro, quartier essentiellement sunnite tenu par les insurgés, tandis que l'armée progressait à partir d'un quartier voisin, Inchaat, ont déclaré des militants de l'opposition présents sur place.

"Ils tirent surtout des roquettes en direction des bâtiments, et de temps à autre des obus. Seule la rue de Karama sépare désormais Baba Amro de l'armée présente à Inchaat", a témoigné par téléphone un opposant, Aba Iyad.

A Deraa, ville à la frontière jordanienne qui fut le berceau du mouvement de contestation en mars dernier, des explosions et des tirs d'armes automatiques ont été entendus dans plusieurs quartiers attaqués par l'armée, ont rapporté des habitants.

A l'autre bout du pays, à Idlib, près de la frontière turque, des habitants ont dit à Reuters avoir vu des blindés prendre position à l'aube autour de la ville, où la population s'attendait à un assaut.

L'armée a d'autre part lancé une nouvelle offensive contre Hama, et au moins 14 personnes ont péri dans un bombardement qui a visé jeudi une ville voisine, Kfar Noubouzeh, ont rapporté des militants de l'opposition.

"LE MONDE EST AVEC VOUS"

Selon une vidéo diffusée sur YouTube, 2.000 fidèles réunis à la mosquée Zeïn al Abidine à Maidan, dans le centre de Damas, ont scandé des slogans hostiles à Bachar al Assad.

"Le peuple veut la chute du régime!", les entend-on clamer sur cette vidéo, dont l'authentification est impossible, les autorités syriennes restreignant fortement l'accès de la Syrie aux journalistes étrangers.

A l'étranger, l'adoption de la résolution, non contraignante, par l'Assemblée générale de l'Onu a confirmé que Damas avait peu de soutiens extérieurs: 137 pays ont voté pour, 12 contre (dont la Russie et la Chine) et 17 se sont abstenus.

"Aujourd'hui, l'Assemblée générale des Nations unies a adressé un message clair au peuple syrien: le monde est avec vous", a déclaré la représentante permanente des Etats-Unis à l'Onu, Susan Rice.

Pour l'analyste politique Rami Khouri, basé à Beyrouth, ce vote était important même s'il n'a qu'une portée symbolique.

"L'opposition dispose d'un soutien écrasant au plan international. Cela maintient la pression et l'opposition peut dire qu'elle bénéficie d'une légitimité internationale. Je pense que les jours (d'Assad) sont comptés. Mais nous ne pouvons pas encore dire combien de temps il pourra tenir", a-t-il estimé.

S'exprimant jeudi à Vienne, le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, a accusé l'armée syrienne de se livrer à des abus généralisés.

"Nous assistons au bombardement aveugle de certains quartiers, des hôpitaux sont reconvertis en centres de torture, des enfants de dix ans sont emprisonnés et maltraités. Nous assistons presque certainement à des crimes contre l'humanité", a-t-il déclaré.

Eric Faye pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant