Un quart des Français ont peur d'être mal-logés

le
0
Pour un quart des Français, loyers et autres charges liés à leur logement représentent la moitié de leur budget. Nos compatriotes ont une vision très pessimiste de l'avenir, et les trois quarts d'entre eux pensent que la situation va se dégrader.

En France, le taux d'effort d'un ménage, rapport entre la dépense en logement et ses revenus, ne doit traditionnellement pas dépasser 33%. Selon le premier baromètreSeLoger/Ifop, un quart des Français y consacre pourtant jusqu'à la moitié de leurs revenus. L'enquête basée sur les réponses de 1001 personnes confirme que le coût du logement est une réelle problématique. La frange la plus jeune de la population de locataires (18-35 ans) ainsi que les femmes seules rencontrent ainsi de réelles difficultés. Des problèmes financiers qui vont - logiquement de pair avec un niveau de satisfaction médiocre. Un français sur cinq affirme que le confort de son logement ne correspond pas à l'investissement qu'il doit réaliser pour l'habiter. «De fait un tiers des Français déclare avoir choisi leur logement en fonction de contraintes fortes et l'on peut même parler d'un choix par défaut pour 14% d'entre eux», affirme le baromètre.

22% risquent le mal-logement

Pire, l'enquête révèle que 7% des Français se considèrent mal logés, c'est-à-dire que leur appartement est insalubre, précaire sur le plan énergétique, qu'ils sont victimes de la pénurie de logement ou encore qu'ils éprouvent des difficultés pour se maintenir dans les lieux. Une situation dans laquelle 22% des Français craignent de se retrouver. Nos compatriotes ont une vision très pessimiste de l'avenir, et les trois quarts d'entre eux pensent que la situation va se dégrader... Le chômage et les aléas de la vie comme les divorces sont pour eux les principaux facteurs d'aggravation. Parmi les personnes qu'ils estiment le plus en danger, ils évoquent également les smicards dont le salaire ne suffit plus à garantir l'accession au logement... Toit qui s'avère cependant nécessaire pour ne pas perdre son emploi !

Des quinquagénaires globalement satisfaits

Le poids du logement dans les revenus s'estompe fort heureusement avec les années. Selon l'enquête, la rupture s'opère aux alentours de 35 à 49 ans, et la majorité des Français estime que leur situation est confortable aux alentours de 50 ans. Le taux d'effort n'est plus que de 25% pour la moitié des quinquagénaires. Le baromètre souligne que ces résultats «traduisent la volonté des Français d'accéder à la propriété pour pouvoir transmettre leur bien. Et s'assurer une sécurité». Outre de l'Etat (77%), c'est notamment des propriétaires que les personnes moins bien loties attendent un geste. Près de la moitié des personnes interrogées considère qu'ils sont à même d'améliorer la situation du logement en France. 74% des Français sont d'ailleurs favorables à la réquisition des logements vacants.

LIRE AUSSI :

» Plus de 50.000 foyers fortunés profitent des HLM

» Les Français satisfaits de leur logement

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant