Un quart des Européens « menacés de pauvreté ou d'exclusion sociale »

le
21

Le paysage socio-économique de l'Europe reste assombri par la menace de pauvreté et d'exclusion sociale qui concernerait un habitant sur quatre.
Le paysage socio-économique de l'Europe reste assombri par la menace de pauvreté et d'exclusion sociale qui concernerait un habitant sur quatre.

24,5% des habitants de l'Union européenne à 28 Etats seraient « menacés de pauvreté ou d'exclusion sociale » selon les derniers chiffres d'Eurostat. Un chiffre préoccupant qui change peu d'année en année.

L'indicateur permet de chiffrer sur les difficultés socio-économiques qui subsistent toujours en Europe. 123 millions de personnes seraient ainsi concernées par ce « risque de pauvreté ou d'exclusion sociale » en Europe.

Selon Eurostat, une personne serait « menacée de pauvreté ou d'exclusion sociale » si elle est concernée par au moins l'une de ces trois situations :

- Des revenus inférieurs au seuil de pauvreté (fixé à la moitié du revenu médian dans chaque pays) ;

- Une « privation matérielle majeure » ;

- L'appartenance à un ménage ayant des revenus très faibles.

Chiffres préoccupants, mais la France s'en sort bien

Le taux de personnes concernées est impressionnant dans certains pays. Ainsi, près de la moitié (48%) de la population bulgare serait concernée par au moins l'un des trois critères. La Roumanie arrive en deuxième place avec un chiffre tout aussi préoccupant de 40,4%. Vient ensuite la Grèce avec 35,7%.

Du côté des pays les moins concernés par ces difficultés, c'est étonnamment la République Tchèque (14,6%) qui s'en sort le mieux, suivie des Pays-Bas (15,9%) et de la Finlande (16,0%). La France arrive quant à elle en cinquième position parmi les pays de l'UE alors que 18,1% de sa population serait menacée de pauvreté ou d'exclusion sociale, soit tout de même 11 millions de personnes.

Un chiffre qu'il faut toutefois regarder avec une certaine distance pour ne pas tomber dans l'excès. La statistique souligne certes une « menace » de difficultés socio-économiques pour de nombreuses personnes, mais toutes ne sont pas nécessairement dans une situation préoccupante, aussi bien aujourd'hui qu'à l'avenir. Il s'agit bien d'un « risque » et non d'un « état de fait ».

Objectif intenable pour 2020

Quoi qu'il en soit, l'indicateur est suivi par Eurostat dans le cadre de son projet « Europe 2020 », débuté en 2010, et qui fixe des objectifs d'améliorations économiques et sociales sur le Vieux continent pour l'ensemble de la décennie.

L'un des objectifs du projet est notamment de faire sortir 20 millions de personnes de cette « menace de pauvreté et d'exclusion sociale » entre 2010 et 2020. Une cible qui sera difficile à atteindre alors que la statistique s'est aggravée en quatre ans, passant de 23,8% en 2010 à 24,5% selon la dernière statistique publiée.

X.B.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • v.boissi le jeudi 6 nov 2014 à 09:55

    "Merci le socialisme triomphant." L'europe est elle socialiste? moi je dirais plutôt que c'est celle de BHL..Et dire qu'on veut donner des leçons à Poutine ...

  • frk987 le jeudi 6 nov 2014 à 07:54

    C'est exact virot123, l'incroyable pauvreté des années 50, certes, pas de chômage, mais se loger et manger, tout une aventure..et pas de restos du cœur, pas d'aides sociales ou si peu. Mais il y avait l'espoir, aujourd'hui, no future......c'est là le fond du problème.

  • M3366730 le mercredi 5 nov 2014 à 20:22

    Merci le socialisme triomphant.

  • frivet le mercredi 5 nov 2014 à 16:51

    les chiffres français sont tr uq=és.

  • virot123 le mercredi 5 nov 2014 à 16:24

    ben oui parce que moi j'ai vécu mon enfance dans les années 50, période soi disant dorée pour les zémouriens lepenistes ! je sais ce que c'est que la pauvreté croyez moi ! c'est pour ça que j'aimerais bien que les commentateurs disent leur age en critiquant ! pour avoir un avis sur un sujet de cette importance il faut un vécu, un recul .

  • virot123 le mercredi 5 nov 2014 à 16:17

    et si par malheur il devait y avoir des guerres dans l'avenir elles serait le résultat des démagos qui poussent à la démolition de cette Europe qui si elle n'a pas tenu toutes ses promesses, (trop ambitieuses oui) n'en reste pas moins la zone économique la plus favorisée, la plus sociale, la moins inégalitaire, la plus libre aussi !

  • virot123 le mercredi 5 nov 2014 à 16:14

    @mlemonn4 en tous cas depuis 60 ans il n'y a pas eu de guerre sur le sol de l'Europe ! tous les gens nés après 1945 seront les premiers à avoir vécu cette chance fantastique depuis des siècles ! la pauvreté et le chômage, et bien oui, je préfère que mes enfants "risquent" la pauvreté plutôt que la guerre !

  • virot123 le mercredi 5 nov 2014 à 16:07

    la situation de pauvreté dans les ex pays de l'est ne vient pas de l’Europe mais des 50 ans de communisme ! quand au Portugal et l'Espagne il faut se rappeler la misère qui y régnait dans les années 60/70 ! et au fait on aimerait un rapport de ce genre sur les USA non ? et puis dans la Russie de ce grand leader qui a tout compris, Poutine, l'ami des anti Europe, y'a pas de pauvres malgré les richesses souterraines ?

  • mlemonn4 le mercredi 5 nov 2014 à 16:07

    Vive l'Europe! l'objectif de paix dont se gargarisaient tous nos politicards va bientot se transformer par le retour aux nationalismes primaires et des tensions sociales et politiques tellement graves, que nous allons être exposer à des risques de guerre, de guerre civile d'abord et puis la suite, on la connait; Beaux résultats! nous connaitrons les responsables et nous irons les chercher car ce seront les premiers à aller se planquer.

  • dgui2 le mercredi 5 nov 2014 à 16:06

    Cela devrait aussi faire réfléchir les socialos qui prétendent nous gouverner et qui nous entrainent sur la même voie. C'est facile de dépenser l'argent qu'on n'a pas gagné mais un jour, il faut payer la note...