Un promoteur immobilier au bord de la faillite en Chine

le
5
UN PROMOTEUR IMMOBILIER CHINOIS AU BORD DE LA FAILLITE
UN PROMOTEUR IMMOBILIER CHINOIS AU BORD DE LA FAILLITE

par Pete Sweeney et Umesh Desai

HONG KONG/SHANGHAI (Reuters) - Un promoteur immobilier chinois, qui doit des milliards de yuans à des banques et à des particuliers, est au bord de la faillite, ont dit mardi des sources proches des autorités de la ville où est basée la société, confirmant ainsi des articles de presse.

Citant des sources anonymes, l'organe de presse public China News Services a rapporté lundi que Zhejiang Xingrun Real Estate, qui a son siège à Fenghua, ville située dans la province du Zhejiang, dans l'est du pays, devait 2,4 milliards de yuans (279 millions d'euros) à 15 banques et 1,1 milliard à des investisseurs particuliers.

Cette information pèse sur l'indice du secteur immobilier de la Bourse de Shanghai, qui reculait de 0,9% vers 7h25 GMT.

Un employé des affaires financières de la municipalité de Fenghua, s'exprimant sous condition d'anonymat, a confirmé les difficultés du promoteur, tout en précisant que les montants évoqués étaient exagérés.

De son côté, Wang Ruilin, chargé de la gestion des affaires immobilières de la ville, a déclaré que le propriétaire de Zhejiang Xingrun et son fils avaient été arrêtés pour levée de fonds illégale.

Les faillites et des défauts sur des emprunts bancaires sont monnaie relativement courante en Chine, mais la taille des prêts contractés par le promoteur et le fait que son cas soit mis en avant moins de deux semaines après que le pays a enregistré son premier défaut de paiement sur le marché obligataire local ont semé un vent de panique.

Les actions de promoteurs tels que Beijing Capital Development, Xingye Resources et Poly Real Estate reculent ainsi de respectivement 3,87%, 3,16% et 2,82%.

"Je ne pense toutefois pas qu'il y aura un effet domino", a déclaré Du Changchun, analyste chez Northeast Securities.

Un autre analyste souligne que les promoteurs immobiliers actifs dans la région de Zhejiang traversent une passe difficile depuis un an en raison d'intenses spéculations, notamment à Ningbo et Wenzhou, deux villes qui ont vu les prix des maisons chuter.

De manière générale, le marché immobilier chinois montre des signes d'essoufflement depuis la fin de 2013 en raison des mesures prises par les autorités pour contenir les prix.

Et bon nombre de spécialistes pensent que le défaut de Chaori Solar, intervenu le 7 mars, est symptomatique de la volonté des autorités chinoises d'imposer une plus grande rigueur dans le fonctionnement des circuits du crédit.

En outre, des inquiétudes croissantes sur la santé financière de certains secteurs industriels surdimensionnés en Chine ont conduit bon nombre de banques à réduire jusqu'à 20% leurs prêts à ces secteurs, ont dit la semaine dernière des sources bancaires et industrielles proches du dossier.

(Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • CYDONIA le mardi 18 mar 2014 à 09:39

    Signe peut-être positif finalement provenant du contrôle pour contenir bulle immobilière par l'Etat chinois. Si tous les promoteurs immo se portaient trop bien ce serait signe d'une spéculation et d'une bulle immobilière important et dangereux.

  • olive84 le mardi 18 mar 2014 à 09:28

    ça plus la faillite récente d un producteur d acier (cf Le point), le defaut d un fabriquant du solaire.. ca commence a faire bcp en un peu moins d un mois...

  • fquiroga le mardi 18 mar 2014 à 09:12

    L'argent pas perdu pour tout le monde.....

  • pierry5 le mardi 18 mar 2014 à 09:07

    C'est comme je disais avant, ça n'émerge plus trop, si ça continue ça va plutôt immerger.

  • khmane08 le mardi 18 mar 2014 à 09:06

    pas d'effet domino mais mahjong