Un professeur risque un mois de prison après un exercice de collage

le
0
Pour avoir collé une gommette sur le front, il se retrouve devant le tribunal correctionnel de Cherbourg. Une maladresse selon lui, un acte volontairement humiliant d'après la famille.

Ce devait être un simple exercice de collage, il s'est transformé en affaire judiciaire. Le 22 mars dernier, à Bretteville, dans la Manche, un professeur d'une classe de CM1-CM2 demande à ses élèves de coller des gommettes de correspondance entre des mots français et anglais. En quelques minutes, la classe a terminé, sauf une élève. Un retard volontaire, selon l'enseignant, qui se dirige vers elle et, après lui avoir mis de la colle sur le visage, y colle une gommette. Une semaine plus tard, le professeur est convoqué par l'inspection académique. Il apprend que les parents ont déposé plainte. Placé en garde à vue et auditionné, il est suspendu. Mardi, il comparaissait au tribunal correctionnel de Cherbourg pour violences envers un mineur de moins de 15 ans.

Deux versions s...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant