Un producteur de foie gras en correctionnelle : relaxe requise

le
1
Un producteur de foie gras en correctionnelle : relaxe requise
Un producteur de foie gras en correctionnelle : relaxe requise

Le ministère public a requis jeudi soir la relaxe d'un producteur de foie gras, cité devant le tribunal correctionnel de La Roche-sur-Yon (Vendée) pour «actes de cruauté» par une association militant contre le gavage.L'association L214 est connue pour ses vidéos choc, notamment sur legavage de canards pour sensibiliser le public aux  «dérives» de la production de foie gras.

Ce jeudi, le propriétaire de la ferme dans laquelle a été tournée une séquence mise en ligne en novembre 2013 était poursuivi devant le tribunal correctionnel de La Roche-sur-Yon (Vendée) pour «sévices graves ou actes de cruauté envers les animaux» et «mauvais traitement envers un animal».

La société vendéenne Ernest Soulard fournit en foie gras nombre de grandes tables parisiennes comme le Fouquet's et le Georges V. Son procès s'est ouvert ce jeudi après-midi sur citation directe, c'est à dire une procédure sans enquête de police. Le tribunal juge en effet sur les pièces produites par les parties. Dans la fameuse vidéo de L214, on constate notamment des canards cantonnés dans des cages individuelles, ne pouvant pratiquement pas bouger.

Conformité des images?

Le procureur de la République, Hervé Lollic, a estimé qu'il n'y avait «pas d'éléments suffisants» pour condamner la société Ernest Soulard, «C'est le droit de tout un chacun de citer directement devant le tribunal correctionnel, mais encore faut-il faire de la procédure pénale. (...) M. le président, on ne vous demande pas tant de juger une infraction pénale, on a pris possession de votre prétoire pour en faire un outil de communication», a déploré le représentant du parquet, parlant d'«instrumentalisation» de la justice.

A l'audience, les salariés de l'association ont expliqué avoir obtenu les images par une personne ayant eu accès aux différentes salles de gavage de la société et eu «la certitude» de leur authenticité grâce aux logos de l'entreprise ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • hodor75 le vendredi 23 jan 2015 à 14:45

    cette future relaxe est la preuve s'il en fallait que les végétaliens sont des terroristes de la bouffe! j'espère que la boîte mise en cause va les poursuivre en diffamation...