Un "prêtre chanteur" irlandais enflamme Youtube

le
0
Un "prêtre chanteur" irlandais enflamme Youtube
Un "prêtre chanteur" irlandais enflamme Youtube

D'un studio improvisé dans sa maison posée au beau milieu de la campagne irlandaise, le père Ray Kelly est devenu un phénomène international, attirant des dizaines de milliers de fans bien au-delà de ses paroissiens.La carrière musicale inattendue de ce curé de 62 ans a débuté il y a un an. Avec un disque de platine et 42 millions de vues sur Youtube, Ray Kelly multiplie les apparitions dans les talk-shows du monde entier.Tout a commencé avec sa reprise d'"Hallelujah" de Leonard Cohen au mariage d'un couple de paroissiens à Oldcastle, une petite ville située à 100 kilomètres au nord-ouest de Dublin. La vidéo, postée sur Youtube, a enflammé le net."Ca n'a fait que monter depuis. La vidéo a été vue près de 42 millions de fois et ça continue de croître à raison de 35.000 vues par jour", explique Ray Kelly à l'AFP, recevant dans sa maison paroissiale qu'il partage avec ses deux chiens de race King Charles Spaniel, Biddy et Buddy."Ca a été fou", dit-il, encore surpris du contrat que la maison de disques Universal Music lui a offert."Je n'aurais jamais cru que ça puisse m'arriver à ce stade de ma vie. Je pensais presque à partir à la retraite et maintenant, j'ai subitement une carrière musicale devant moi".Son premier album vient de sortir aux Etats-Unis et fait ses débuts cette semaine en Australie.Composé de chansons celtes, religieuses et pop, il a été enregistré en deux mois dans un studio créé spécialement à son domicile pour ne pas perturber ses obligations paroissiales. Un album de Noël est également envisagé."Nous savions tous que le père Kelly était capable de chanter pendant les messes. Quand il chante, il enchante l'assemblée", confie à l'AFP Eileen O'Reilly devant l'église St Brigid de la ville, ravie de son succès. - 'Pas de Lamborghini' - Le religieux n'a d'ailleurs pas cessé de pousser la chansonnette devant ses ouailles et a récemment été ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant