Un présentateur de NBC News sur la sellette

le
0

NEW YORK, 7 février (Reuters) - Brian Williams, présentateur vedette de NBC News, est au centre d'une vive controverse aux Etats-Unis après avoir affirmé à tort s'être trouvé à bord d'un hélicoptère de l'armée américaine touché par une roquette lors de l'intervention de 2003. Dans une note interne, la présidente de NBC News, Deborah Turness, a annoncé vendredi qu'une enquête était en cours pour faire la lumière sur cet incident qui met à mal l'image de la rédaction. "Ces derniers jours ont été difficiles pour chacun d'entre nous à NBC News", écrit Deborah Turness dans ce mémo. "Comme vous pouvez vous y attendre, une équipe travaille pour établir les faits afin que nous comprenions ce qui s'est passé." Mis en cause par des anciens combattants de la guerre de 2003, Brian Williams, 55 ans, a admis avoir "commis une erreur" et a présenté ses excuses mercredi à l'antenne. Il a expliqué que son équipe et lui se trouvaient dans un autre hélicoptère qui volait en formation avec l'appareil touché. Les deux appareils ont été contraints de se poser à la suite du tir. "Nous avons passé deux nuits angoissantes au milieu d'une tempête de sable", a-t-il ajouté. Pour l'instant, le journaliste reste à son poste. "Nous réfléchissons sur ce que nous avons de mieux à faire maintenant", précise Turness. Mais la révélation de ce mensonge a naturellement ébranlé la crédibilité du journaliste qui présente depuis 2004 le "Nightly News", le journal télévisé du soir le plus regardé aux Etats-Unis. Des doutes sont par ailleurs apparus sur le récit de sa couverture de l'ouragan Katrina, qui a balayé La Nouvelle-Orléans en 2005. Dans une interview, Brian Williams a affirmé avoir vu depuis sa chambre d'hôtel dans le Quartier français un cadavre flotter sur le ventre. Ce récit a suscité le doute du Dr Brobson Lutz, ancien directeur des services de santé de la ville, qui a déclaré au New Orleans Advocate que le quartier historique n'avait pas subi la même crue que d'autres parties de la ville. Le Dr Lutz s'interroge aussi sur la véracité d'une autre anecdote confiée par Williams, qui dit avoir souffert de dysenterie après avoir bu accidentellement de l'eau. "J'ai vu un grand nombre de gens avec des coupures et des contusions, mais je ne me souviens pas d'un seul cas de gastro-entérite lors du passage de Katrina et dans le mois qui a suivi", affirme-t-il. (Patricia Reaney; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant