Un premier sommet européen sans Cameron dès mercredi

le
0
 (Actualisé avec déclarations, détails) 
    BRUXELLES, 24 juin (Reuters) - Les dirigeants des Etats 
membres de l'Union européenne se réuniront mercredi, sans le 
Premier ministre britannique David Cameron, pour discuter de la 
procédure de divorce entre la Grande-Bretagne et le bloc 
communautaire, a indiqué le président du Conseil européen, 
Donald Tusk, vendredi. 
    Un sommet européen débutera dès mardi après-midi à Bruxelles 
et David Cameron informera à cette occasion les autres 
dirigeants de la décision de son pays de quitter l'UE, précise 
Donald Tusk dans un courrier adressé aux Etats membres. 
    Cameron rentrera ensuite à Londres et mercredi, pour la 
première fois, le sommet se tiendra à 27 mais de manière 
informelle. Ce format "informel" signifie qu'aucune décision ne 
sera prise à cette occasion. 
    "Les Vingt-Sept se réuniront de manière informelle pour 
discuter des implications politiques et pratiques du Brexit", 
écrit Donald Tusk dans son courrier. 
    "Nous allons discuter de la procédure de divorce", 
ajoute-t-il en référence à l'article 50 du traité européen de 
Lisbonne encadrant la procédure par laquelle un gouvernement 
informe le reste de la communauté de son intention de quitter 
l'UE et de négocier "un accord de retrait". 
    Ce format à 27 sera amené à se reproduire dans les mois à 
venir, le pays demandant à quitter l'UE ne pouvant participer 
aux délibérations liées à son départ. 
    Les responsables européens espéraient que Cameron 
déclencherait à cette occasion la procédure de divorce en 
invoquant l'article 50 du traité européen, qui lance un compte à 
rebours de deux ans pour parvenir à un accord sur les modalités 
de cette séparation. 
    Mais le Premier ministre britannique, qui a tiré les leçons 
de son échec en annonçant qu'il démissionnerait d'ici octobre, a 
déclaré qu'il laisserait à son successeur le soin de lancer le 
processus. Seul le pays qui décide se retirer de l'UE peut 
invoquer cet article 50, la Commission n'a pas l'initiative. 
 
 (Alastair Macdonald; Nicolas Delame et Henri-Pierre André pour 
le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant