Un premier parti politique salafiste autorisé en Tunisie

le
0
L'accréditation accordée au «Front de la réforme» pourrait être une man?uvre politique d'Ennahda.

L'annonce ne semble pas avoir inquiété les plus laïcs des Tunisiens même si elle a plutôt confirmé chez certains l'impression de double langage du parti islamiste au pouvoir, Ennahda. Le 29 mars dernier le Journal officiel tunisien entérinait la constitution en parti politique du mouvement salafiste Jabhet el-Islah (Front de la réforme) qui a préféré, pour des questions d'organisation, attendre la mi-mai avant d'en faire l'annonce à la presse. Le Front de la réforme est donc la première organisation religieuse à pouvoir entrer dans le bain politique tunisien et se présenter aux prochaines élections présidentielle et législatives, entre mars et juin 2013. Pour cela il a dû assurer que ses intentions étaient compatibles avec la démocratie et qu'il n'aurait pas recours à la violence comme certaines branches du salafisme peuvent le faire avec le djihad. Il a avant tout profité d'un décret-loi datant de septembre dernier abrogeant une loi datant de 1988 qui interd

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant