Un policier tunisien enlevé et assassiné par des islamistes

le
0

TUNIS, 1er décembre (Reuters) - Un policier tunisien enlevé dimanche soir par des islamistes armés près de la frontière algérienne a été décapité, a-t-on appris lundi auprès des autorités. Le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Mohamed Ali Laroui, a précisé que cet agent de la Garde nationale avait été capturé par dix "terroristes" dans la ville du Kef alors qu'il circulait en voiture en compagnie de son frère. Ce dernier a été relâché. Le corps du policier a été découvert lundi. Des opérations sont en cours pour tenter de retrouver ses meurtriers. Le mois dernier, cinq policiers ont été tués dans une embuscade tendue dans cette même ville située à 150 km environ au sud-ouest de Tunis. Les autorités tunisiennes ont accru le niveau d'alerte à l'approche du second tour de l'élection présidentielle qui opposera ce mois-ci le président sortant, Moncef Marzouki, à Beji Caïd Essebsi, le chef de file de l'alliance laïque Nida Tounes. La date du second tour, qui devrait se tenir avant la fin de l'année, devrait être annoncée mardi. Le président de l'Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), Chafik Sarsar, a déclaré au cours du week-end qu'il était "encore envisageable" de l'organiser dès le 14 décembre. (Tarek Amara; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant