Un plan de la dernière chance pour Alcatel-Lucent

le
2
Un plan de la dernière chance pour Alcatel-Lucent
Un plan de la dernière chance pour Alcatel-Lucent

Après avoir publié une perte de 353 millions d'euros au premier trimestre 2013 et après sept ans dans le rouge (soit 4,9 milliards d'euros de pertes cumulées), Alcatel-Lucent va engager un plan de redressement sur trois ans. Michel Combes, le nouveau directeur général de l'équipementier de télécommunications franco-américain, nommé au mois d'avril, a présenté, ce mercredi matin, son projet. Le groupe va devoir tailler dans plusieurs de ses activités vieillissantes pour se recentrer dans les réseaux IP et l'accès très haut débit mobile et fixe. Il a également fait part de son objectif de baisser ses coûts fixes d'un milliard d'euros.

Après l'annonce en juillet 2012 de 5 000 suppressions de postes dans le monde, ce plan apparaît comme celui de la dernière chance. Selon les Echos, l'activité IP (routeur internet, plate-formes de services, cables sous-marin,...) pèse aujourd'hui 5,9 milliards d'euros sur 14,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Mais son potentiel de développement existe et pourrait atteindre 7 milliards d'euros d'ici la fin 2015. De la même manière, l'accés au très haut débit (fibre optique, 4G...) offre des perspectives importantes aux Etats-Unis et en Chine.

Pour parvenir à ses fins, Michel Combes envisage de céder un milliard d'euros d'actifs en trois ans, même s'il n'a pas encore ciblé les activités à vendre. Alcatel-Lucent va aussi devoir réduire ses coûts de 20 %, soit un milliard d'euros en moins. Pour l'heure, le directeur général n'a pas annoncé de suppressions de d'emploi. L'équipementier compte 77 000 collaborateurs dans le monde. Reste que l'entreprise, selon les Echos, va devoir faire un effort sur ses frais généraux et sur la Recherche et développement qui pèsent 32 % du chiffre d'affaires, soit 5 à 7 points de plus qu'en moyenne dans l'industrie. Des réorganisations en interne et dans la strucuture de décision sont donc prévisibles.

Enfin, le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bearnhar le mercredi 19 juin 2013 à 10:26

    Alors, avec une perte de 353 millions d'euros, l'action monte quand meme, tandis que d'autres sociétés qui se portent très bien avec zero dette stagnent voire chutent, bien vu les investisseurs ! On peut se demander si c'est vraiment la saine économie qui les interesse ?

  • grinchu1 le mercredi 19 juin 2013 à 09:24

    qui fait courir ces bruits alarmistes ?