Un Plan d'épargne en actions (PEA) réformé pour financer les PME

le
1
Un Plan d'épargne en actions (PEA) réformé pour financer les PME
Un Plan d'épargne en actions (PEA) réformé pour financer les PME

Annoncée dans ses grandes lignes par François Hollande en mai, la réforme du Plan épargne en actions (PEA) a été présentée lundi par le ministre de l'Économie, Pierre Moscovici, lors d'un déplacement à Lannion (Côtes-d'Armor). Le but est de favoriser le financement de l'économie et notamment celui des entreprises de moins d'un milliard d'euros de capitalisation.

La réforme comprend deux volets : la création d'un PEA dédié aux PME et aux entreprises de taille intermédiaire (ETI), d'un plafond de 75.000 euros, et le relèvement du plafond du PEA classique à 150 000 euros, contre 132.000 actuellement. Cette réforme sera présentée au Parlement dans le projet de loi de finances 2014 pour une entrée en vigueur au 1er janvier prochain. Le PEA-PME disposera des mêmes avantages fiscaux que le PEA, à savoir une exonération de la fiscalité sur les dividendes et les plus-values au bout de 5 ans, et fonctionnera de la même manière. Une bonne nouvelle a réagi le Medef.

«Apprendre à faire confiance aux PME». «Il faut qu'en France aussi, on apprenne à faire confiance aux PME qui réussissent», a insisté Pierre Moscovici, au terme d'une visite de la PME bretonne Ekinops, spécialisée dans le transport optique très haut débit et récemment introduite en Bourse. Pour Didier Brédy, PDG d'Ekinops, les deux principaux problèmes auxquels sont confrontées les PME sont les difficultés à se financer, ce qui freine la croissance, et l'accès aux grands groupes français. Créée en 2003, Ekinops réalise 80% de son chiffre d'affaires à l'international. «Il nous semble que c'est une excellente réforme, qui va aider les épargnants individuels à investir dans des entreprises comme la nôtre», a estimé le chef d'entreprise.

Un produit «destiné à une clientèle avisée». Il ne s'agit pas pour autant de «pousser les petits épargnants à aller jouer leurs économies au casino boursier», a prévenu le ministre. «Le PEA-PME est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5005891 le lundi 26 aout 2013 à 21:32

    De plus en plus nul