Un pirate informatique détourne les panneaux d'affichage à Lille

le , mis à jour à 19:59
0
Un pirate informatique détourne les panneaux d'affichage à Lille
Un pirate informatique détourne les panneaux d'affichage à Lille

«Bonne braderie à tous». Lundi soir, un panneau d'affichage indiquant habituellement le nombre de places restantes dans les parkings de Lille affichait ce message surprenant. Une anomalie qui n'était pas un bug : c'était en fait le résultat d'un piratage réalisé par le hacker «IVoidWarranties», sous les yeux d'un journaliste de La Voix du Nord. 

VIDEO. Le piratage d'un panneau d'affichage par «IVoidWarranties»

«IVoidWarranties» n'en est pas à son coup d'essai. Sur YouTube, il a publié jeudi dernier une vidéo d'un piratage de ce type, déjà vue plus de 28 000 fois, pour se faire remarquer du milieu des hackers. Devant la gendarmerie où Dominique Strauss-Kahn a été entendu dans l'affaire du Carlton, on pouvait le voir remplacer le nombre de places de stationnement restantes par une série de termes très crus.

Baptisé «Vincent» par La Voix du Nord, le pirate explique pouvoir prendre le contrôle du panneau grâce à un ordinateur portable relié à un boîtier avec une antenne. «Ça a demandé trois semaines de travail, explique le hacker au quotidien régional. Tous ces panneaux reçoivent leurs informations à afficher par radio, selon un langage particulier, envoyé depuis un émetteur central. J’écoute comment (l’émetteur) parle, et je parle ensuite le même langage que lui, mais je parle plus fort pour passer au dessus.»

Contacté par Le Parisien, ce jeune Nordiste de 28 ans ne souhaite pas trop s'étendre sur le matériel utilisé qu'il compare à «un couteau de cuisine : on peut faire à manger avec ou tuer quelqu'un.»

Le hacker veut «éduquer les gens»

Vincent précise toutefois qu'il a besoin d'être proche du panneau, dans un rayon de 100 mètres. Mais «pour un hacker, la tâche n'est pas compliquée». Pour les parkings à Lille, Vincent profite d'une faille : la transmission s'effectue par radio non cryptée, selon un protocole vieux de plus de 20 ans. Une fois le contrôle pris par le hacker, il ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant