Un physicien du Cern jugé pour ses liens avec al-Qaida

le
0
Adlène Hicheur, un chercheur franco-algérien de 36 ans, encourt 10 ans de prison pour avoir accepté par e-mail de préparer des attentats terroristes en France.

Une semaine après la mort de Mohamed Merah, le procès d'Adlène Hicheur, un physicien franco-algérien qui travaillait au Cern à Genève, s'ouvre dans un contexte plus que sensible. Le chercheur (36 ans) comparaît les 29 et 30 mars devant le tribunal correctionnel de Paris pour avoir envisagé des attentats terroristes contre la France lors des contacts réguliers avec un membre d'al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi).

«Le contexte n'est pas favorable» pour le procès d'Adlène Hicheur, a reconnu au Figaro son avocat, Me Patrick Baudouin. «Mais j'espère qu'on ne fera pas d'amalgames entre ces deux histoires, car Adlène Hicheur n'est pas Mohamed Merah!» poursuit-il.

Les faits que l'on reproche à l'enseignant de l'École polytechnique fédérale de Lausanne, détaché au centre de physique des particules du Cern à Genève, n'ont de fait pas grand-chose à voir avec le déchaînement de violence de Mohamed Merah, qui tua sept personnes à Toulouse et Montauban.

Adlène Hicheur a

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant