Un pénalty pour changer le destin

le
0
Un pénalty pour changer le destin
Un pénalty pour changer le destin

À la 72ème minute d'Espagne-Croatie, sans le savoir, Luka Modrić a changé le destin de cet Euro. L'arrêt de Danijel Subasic sur ses consignes renverse la compétition et offre une partie de tableau remplie de champions du monde. La Croatie, elle, s'est quasiment taillée une place jusqu'à la finale. En tout cas, elle ne pouvait pas mieux s'y prendre.

Personne ne s'y attendait, et encore moins Sergio Ramos. Au moment de frapper un pénalty donné généreusement par M. Bjorn Kuipers, qui, dans les rangs espagnols, aurait pu penser que l'Espagne allait paumer ? Dans la tête du capitaine à la barbe, tirer à droite, tirer à droite, tirer à droite. L'oeil n'était pas assez vigilant, l'esprit pas assez affûté pour se méfier de ce mot glissé à l'oreille de Danijel Subasić par son capitaine Darijo Srna. Pourtant, la consigne venait de plus haut. De la tête pensant madrilène côté croate. D'un coéquipier en club. De Luka Modrić. "Qu'est-ce que m'a dit Srna ? Il m'a dit que Modric lui avait dit que Ramos tirait toujours les pénaltys à droite, racontait le gardien croate au micro de BeIN Sports. Donc je l'ai écouté et j'ai plongé à droite." La suite, c'est un regard perdu des Espagnols, et surtout, une rétrogradation à la deuxième place du groupe D. Un changement qui, mine de rien, pourrait être le bouleversement de la compétition.

Changement d'histoire


Sans le savoir, Luka Modrić a peut-être changé à cette fameuse 72e minute le nom du vainqueur de cet Euro 2016. Lui, blessé à l'aine, qui ne jouait même pas. Par ces simples mots, voilà l'Espagne reversée dans la partie de tableau de la France, de l'Angleterre, de l'Allemagne et de l'Italie. De l'autre côté, la Croatie s'offre un boulevard - toutes proportions gardées - et écope du Pays de Galles, de la Pologne et de la Suisse, avant les dernières rencontres de poules. Encore plus fort, si le Portugal venait, par un concours de circonstances, à terminer deuxième de son groupe, la bande à CR7 serait elle aussi reversée dans la partie des "gros". Un scénario qui pourrait advenir même en cas de victoire des Lusitaniens, si l'Islande venait à battre l'Autriche avec une meilleure différence de buts. En bref, un joyeux bordel orchestré par un chef qui récite d'ordinaire sa partition sur le terrain : Luka Modrić.

#EURO2016 La suite du programme de l'Euro - Voici le tableau !! Qu'en pensez-vous ?? pic.twitter.com/EqgcHpxJYs

— Téléfoot (@telefoot_TF1) [A…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant