Un peloton unifié dès 2016, ou presque...

le
0
Un peloton unifié dès 2016, ou presque...
Un peloton unifié dès 2016, ou presque...
Alors que le peloton MotoGP était divisé entre plusieurs classes depuis 2012, la FIM a dévoilé le règlement technique 2016 qui verra l'introduction d'une électronique unique à toutes les motos, mais avec une certaine latitude pour aider les constructeurs en difficulté.

Le MotoGP va retrouver son unité en 2016, enfin presque. Depuis 2012, le peloton du championnat du monde est divisé en deux classes, les motos d'usine (« Factory ») d'un côté et les CRT, qui ont été ensuite remplacées par les Open en 2014, de l'autre. Les différences entre les deux classes tiennent, en 2015, à un choix de gommes plus tendres, un réservoir plus grand (24 litres contre 20), plus de moteurs disponibles pour la saison (12 contre 5) mais des motos moins performantes en raison d'un logiciel gérant la centrale électronique standard fourni par l'organisateur du championnat, et non pas développé par les constructeurs. Dès 2016, les choses vont changer avec l'obligation faite à toutes les équipes d'utiliser la centrale électronique unique et son logiciel. A ce niveau, la concession faite par les organisateurs aux principaux constructeurs que sont Honda, Yamaha et Ducati, est la possibilité de modifier ces systèmes en cas d'accord unanime et si ces constructeurs en supportent les coûts. Si les organisateurs veulent modifier ces systèmes, il leur faudra l'accord unanime de ces trois constructeurs. Tous les pilotes auront à leur disposition sept moteurs pour toute la saison, dont le développement sera gelé, et le réservoir des motos pourra contenir 22 litres au maximum.

Des « points de concession » qui entrent en scène

Mais tout ne sera pas aussi simple car un mécanisme de « points de concession » sera mis en place dans le but d'aider les constructeurs qui n'ont pas remporté de course depuis 2013 ou qui font leur entrée en MotoGP. Ces concessions, qui visent principalement Suzuki, Aprilia et KTM, qui fera son entrée dès 2017, concerneront la capacité étendue des réservoirs, l'allocation pneumatique plus tendre et l'autorisation de faire des essais privés en cours de saison. Ce système de points verra un constructeur marquer trois points pour une victoire, deux points pour une deuxième place et un point pour une troisième place. Dès qu'un constructeur atteindra le total de six points, il ne pourra pas bénéficier de ces concessions la saison suivante. De plus, si un constructeur bénéficiant de ces concessions gagne trois Grands Prix sur piste sèche dans la saison, il perdra avec effet immédiat l'allocation pneumatique plus tendre et l'autorisation de faire des essais privés. Néanmoins, si un constructeur ne marque pas de points, c'est-à-dire s'il ne place pas une de ses motos sur un podium durant toute une saison, il bénéficiera de l'ensemble des concessions dès la saison suivante.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant